ehrwy8nUusDtPWBSQQSF1riAvGjt32xuWhTgH5JmZ0lZBZgAmx2NXsdHp2YxZhzC {Misterbricolo}
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, bons plans pour la maison !

conseils bricolage

Misterbricolo ne chaume pas ...

4 Décembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

En grande forme cette semaine, Misterbricolo ne pouvait manquer cette blague à deux balles pour vous parler du chaume...
Noble et naturel, le chaume à souvent été délaissé pour l’ardoise, la tuile ou encore la tôle. Toutefois, la qualité et la beauté des toitures en chaume continuent de susciter l’intérêt. Encore très utilisé dans certaines régions de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et de Belgique, le chaume revient timidement en France, sauf pour quelques bâtiments anciens rénovés grâce à ce matériau dans le souci de la revalorisation du patrimoine… Pourtant, ce genre de toit végétal présent de nombreux avantages, en plus du charme rustique qui se dégage des chaumières !

Qu’est-ce qu’un toit en chaume ?

Ces toitures sont réalisées avec des tiges creuses de graminées séchées : tiges de roseau, de genêt, de bruyère, la paille de seigle, de blé ou de sarrasin… Regroupée en fagots bien serrés, cette matière végétale est attachée à la charpente de façon à recouvrir le toit sur une épaisseur moyenne de 30 cm.

Ce que le chaume redoute le plus n’est pas la pluie mais… le soleil qui abîme la texture du végétal.

Par ailleurs, le feu n’est plus une réelle inquiétude car le chaume, posé très serré et bien entretenu, ne permet pas au feu de se propager.

Une toiture en chaume est composée de matériaux de qualité dont le coût global est comparable à celui des toitures dites « nobles » telles que l’ardoise. Il faut compter en moyenne entre 80 et 120 euros/m2.

L’importance de l’entretien d’un toit de chaume

Lire la suite de l'article

Lire la suite

Misterbricolo refait ses joints de carrelage ...

29 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

Les joints en silicone autour de votre lavabo ou de votre baignoire sont en bout de vie. Ils se décollent, noircissent ? Il est donc grand temps de les changer pour éviter les infiltrations et les moisissures. Pour une salle de bain saine et hygiénique, la pose des joints doit se faire dans les règles de l’art. Alors suivez le guide ! 

Lors d’une rénovation de salle de bain, ou tout simplement parce qu’ils sont abimés, changer les joints de sa salle de bain est d’une importance capitale. En effet, les joints silicone préservent l’étanchéité des revêtements, murs ou meubles sur lesquels ils sont fixés. Comment refaire les joints de sa salle de bain et à quel prix ? Quand faut-il les changer ? Comment enlever un joint en silicone ? Pas de panique, nous répondons à toutes vos questions.

Refaire ses joints de douche, lavabo, baignoire, c'est facile !

Si lorsque vous grattez ou tirez dessus, vos joints s’effritent ou se décollent, c’est que le moment est venu de les changer. Il en va de même si vos joints de salle de bain ont noirci. Par contre, s’ils sont jaunis, sachez que vous pouvez simplement les nettoyer sans avoir pour autant à les changer. Oui mais comment faire ? Suivez le guide !

1. Retirez les anciens joints proprement

Pour pouvoir facilement refaire vos joints silicone, vous devez au préalable, convenablement les retirer. Voilà comment procéder :

  1. Mettez des gants et munissez-vous d’un cutter propre. Positionnez la lame du cutter contre le mur, en prenant bien soin de ne pas abîmer votre carrelage, puis avancez-le pour retirer le joint usagé, tout en tirant avec votre autre main
  2. Grattez le surplus ou frottez-le avec un chiffon imbibé de white spirit ou une éponge avec du vinaigre blanc.
  3. Nettoyez l’ensemble de vos sanitaires avec un produit doux, type savon ou produit vaisselle.
  4. Laissez sécher avant d’appliquer votre nouveau joint.

 

2. Posez vos nouveaux joints de salle de bain en 4 étapes

Lire la suite de l'article

Lire la suite

Misterbricolo change de fer à souder ...

22 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

Un fer à souder, comme son nom l'indique, est un instrument capable d'assembler des pièces entre elles par une soudure. De l'utilisation que vous comptez en faire dépendra le modèle de fer à souder et de pannes que vous allez choisir.
Le fonctionnement d'un fer à souder
Trois éléments composent un fer à souder :
- La panne est la pointe du fer à souder. Souvent conçue en métal, elle conduit la chaleur (jusqu'à 400°C). Elle peut être retirée et remplacer par une autre panne dont la forme (simple, double, plate, biseau, courbe etc.) conviendra davantage à la nouvelle tache à réaliser.
- Le système de chauffe est soit électrique ou à gaz. Dans le premier cas, une résistance électrique est située à l'intérieur du manche du fer à souder. Un fer à souder peut aussi être alimenté sur secteur grâce à un fil électrique que l'on relie à la prise la plus proche. Pour faire baisser la température, il faut le débrancher. Enfin, un fer à souder à gaz fait chauffer la panne grâce à du butane ou du propane contenu dans un réservoir. Note : la température ne peut être régulée sur un fer à souder.
- La poignée pour tenir l'outil est isolée électriquement et thermiquement.

Les critères de choix

Lire la suite de l'article

Lire la suite

Misterbricolo hésite entre chaussures de sécurité et chaussures de travail ...

15 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage, #Conseils achats

Avec près de 300 000 victimes d’accidents de bricolage et/ou de jardinage en France chaque année, la prévention des risques et plus globalement la sécurité doivent faire partie intégrante de notre quotidien lorsque nous nous apprêtons à bricoler.
Misterbricolo le sait bien et, même s'il rechigne encore peu à s'équiper à chaque fois qu'il doit bricoler "5 minutes",  rien ne vaut une protection minimale qui passe par une bonne paire de gants et des chaussures de sécurité ou, à minima, des chaussures de travail.
A ce sujet, Misterbricolo vous invite à visiter le site de la marque Engelbert-Strauss, particulièrement riche en produits et conseils sur l'ensemble de la gamme des vêtements de travail avec la possibilité de réaliser des recherches par produits bien entendu mais aussi thèmes, métiers ou marques.

Quelles sont les principales différences entre chaussure de sécurité et de travail  ?
La première caractéristique de la chaussure de sécurité (ou du moins la plus connue) est que sa coque est renforcée (coque en métal, plastique ou composite); idem pour les semelles le plus souvent traitées anti-perforation et/ou antidérapante. Elles sont bien entendu imperméables, résistantes à la chaleur par contact, isolantes (chaud/froid), anti statisme et possèdent une capacité d'absorption de choc dans la zone du talon.
Leur choix dépendra pour beaucoup du secteur d'activité dans lequel vous évoluez.
Dans le milieu médical ou de la restauration par exemple, la notion d'hygiène primera sur d'autres critères. Pour Misterbricolo, et plus globalement toutes les personnes oeuvrant dans le BTP, la chaussure "coquée" sera le premier critère. Selon l'usage qui en sera fait et par conséquent de la résistance attendue , cette coque devra respectée certaines normes.
Ces normes de sécurité sont au nombre de 3 : 
- S : norme EN 345 coquille résistant à 200 joules d’écrasement 
- P : norme EN 346 semelle anti-perforation résistant à 100 N
- O : norme EN 347 chaussures de travail sans coquille

Chacune de ces 3 normes est subdivisée en 6 niveaux que vous pouvez consulter ici

Les chaussures de travail
Magasiniers, personnel d'entretien, médecins et bien d'autres métiers encore s'orienteront plus vers de la chaussure de travail que de sécurité. Plus souple, légère, confortable, d'allure "sportive" ou classique (pour la restauration notamment), fermée ou ouverte (mules, sabots...), elles ne possèdent pas de coques renforcée mais doivent répondre à certaines normes et classes de protection.
La norme EN347-1. C'est la seule norme à laquelle les chaussures de sécurité doivent répondre. Cette dernière est subdivisée en 5 classes :

- EN 347 O1 : définit des chaussures de travail à usage professionnel, en cuir ou autre matériau (polymères et caoutchouc exclus), garantissant solidité, confort et innocuité. L’arrière doit être fermé et la chaussure présenter une résistance antistatique, absorber les chocs éventuels au niveau du talon et résister aux hydrocarbures (semelles).

- EN 347 O2 : mêmes propriétés, plus étanchéité à la pénétration d’eau

- EN 347 O3 : exigences de la norme précédente, ainsi que résistance à la perforation et présence de crampons sous les semelles

- EN 347 O4 : mêmes exigences que la norme EN 347 02, mais concernant les bottes de travail

- EN 347 O5 : mêmes propriétés que la norme précédente, augmentées de la résistance à la perforation et de la présence de semelles à crampons
Pour ne pas faire d'erreur, vous pouvez vous renseigner auprès de votre caisse professionnelle ou de votre employeur pour connaître la classe demandée dans le cadre de votre métier.

 Quelques conseils pour bien choisir vos chaussures :
- Choisir des chaussures à la bonne taille, si elles sont trop serrées ou trop grandes, elles seront source d’inconfort et faire mesurer vos deux pieds car le pied droit et le pied gauche ne sont pas toujours de la même taille; choisir des chaussures à la taille du pied le plus fort.
- Essayer les chaussures en fin d’après-midi, le pied ayant tendance à gonfler dans la journée.
- Prévoir l’achat de semelles intérieures amovibles amortissant les chocs si le travail oblige à marcher beaucoup ou à rester debout sur des planchers durs.
- Pour les femmes, choisir des modèles spécifiquement adaptés car, sur le plan morphologique, le pied féminin est à longueur égale plus fin que le pied masculin.
- Porter de préférence des chaussettes qui permettent de bien évacuer la transpiration.
- Dans un environnement chaud et/ou humide, employer deux paires de chaussures et de chaussettes, et changer régulièrement de paire pour bien laisser sécher la paire utilisée.

 

Lire la suite

Misterbricolo passe au béton ciré ...

15 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

En quelques années, le béton ciré s'est imposé comme le matériau tendance par excellence. Il est vrai qu'il ne manque pas d'attraits pour séduire. Vous vous sentez prête à craquer ? Découvrez tout ce qu'il y a à savoir sur le béton ciré !

Le béton ciré : pourquoi on l'aime ?

Les raisons du succès du béton ciré sont nombreuses ! Son principal atout est son aspect résolument esthétique. Malin, le béton ciré s'invite aussi bien dans le salon que dans un couloir, mais aussi dans les pièces d'eau que sont la cuisine et la salle de bains. Il permet de réaliser un revêtement de sol ou un revêtement mural facile à entretenir, d'autant qu'il est dépourvu de joints. Le béton ciré est donc tout particulièrement hygiénique ! Résolument tendance, le béton ciré adopte aussi une incroyable variété de teintes et de finitions. Et, pour ne rien gâcher, ce matériau très doux au toucher est également un excellent isolant : contrairement au carrelage, le béton ciré est extrêmement confortable, même si vous vous déplacez pieds nus !

Le béton ciré : une question de finition

Le seul piège du béton ciré ? Le choix de la finition. Le béton ciré offre en effet l'opportunité de réaliser une teinte finement personnalisée, mais aussi de jouer avec la texture. Prêtez une attention particulière à cet aspect, plus spécifiquement dans la salle de bains : un béton ciré trop lisse a vite fait de provoquer quelques glissades ! Si vous souhaitez vous offrir une douche à l'italienne ou tout simplement un revêtement de sol de salle de bains en béton ciré, privilégiez donc une finition adaptée en conséquence !

 

La pose du béton ciré

Lire la suite de l'article

Lire la suite

Misterbricolo change ses fenêtre en vidéo ...

13 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage, #Leroy Merlin, #Vidéo

Leroy Merlin vous invite à découvrir comment changer une fenêtre ? . Étape par étape, découvrez les produits, les outils et les gestes nécessaires à la mise en oeuvre de votre projet pour changer et poser une fenêtre de rénovation.


Retrouver plus d'informations pour s'inspirer, comprendre et réaliser sur :
https://www.leroymerlin.fr/v3/p/tous-les-contenus/tous-les-contenus-pedagogiques-l1308216812

Lire la suite

Misterbricolo isole sa toiture pour 1 euro ..

1 Novembre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage, #isolation

Parce qu'isoler son habitation présente un coût important, le ministère de l'Ecologie a validé un dispositif permettant aux personnes éligibles de bénéficier de travaux d'isolation pour la somme d'1 euro symbolique.

Visant à réduire la précarité énergétique et aider les ménages les plus modestes à réaliser des économies d'énergie, le "Pacte Energie Solidarité" est un dispositif de l'Etat permettant la réalisation de travaux d'isolation prioritaires. Et si le bénéficiaire ne paye qu'1 €, c'est parce que les fournisseurs d'énergies sont désormais dans l'obligation de proposer aux particuliers des solutions pour faire des économies d'énergie grâce au dispositif des Certificats d'Economies d'Energie qui permettent alors le financement.

Les critères d'éligibilité à l'isolation à 1 euro

Lire la suite de l'article

Lire la suite

Misterbricolo part en guerre contre la poussière ...

30 Octobre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage, #Trucs & Astuces

La poussière est le fruit de l’accumulation de minuscules particules comme les fibres de tissus, le papier, les cheveux, les squames d’animaux domestiques, les cellules de peau, la saleté et autre. Si vous la laissez trop s’accumuler, vous pourriez avoir des allergies ou d’autres problèmes de santé, il est donc préférable d’essayer de la limiter. Il n’existe aucun moyen d’éliminer complètement la poussière de votre maison, mais vous pouvez employer des méthodes de nettoyage, des filtres et des solutions de rangement qui permettront de réduire significativement la quantité de poussières que vous et votre famille respirez chaque jour.
1 - Filtrer l'air

Nettoyez ou changez vos filtres à air. Si votre maison dispose d’une climatisation ou d’un chauffage central, vous pouvez en changer les filtres de façon à contrôler le taux de poussière présent dans l’air. La poussière continuera tout de même à s’accumuler dans la maison, mais de façon bien moins rapide si vous avez un bon système de filtration de l’air.

  • Les filtres à air standards ne filtrent que les grosses particules, ils sont seulement là pour éviter que votre climatisation ou votre chauffage ne soient endommagés par celles-ci. Pour lutter contre la poussière, vous devez installer un filtre en papier de très bonne qualité ou un filtre en tissu plissé que vous changerez tous les 1 à 3 mois.

2 - Investissez dans un purificateur d’air. Ces machines permettent de nettoyer l’air en piégeant les poussières. Elles sont recommandées si vous vivez dans une maison où il y a beaucoup de poussière ou si l’un des membres de votre famille est sujet aux allergies à la poussière [1]. Les purificateurs d’air ne nettoient que l’air des pièces dans lesquels ils se trouvent, pensez donc à en installer un dans chaque chambre et dans le salon.

Lire la suite de l'article

 

Lire la suite

Misterbricolo découvre le scellement chimique et comment le faire soi-même

26 Octobre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

Misterbricolo vous propose de découvrir dans cet article la méthode de fixation d’éléments au mur la plus efficace, à la fois plus solide et moins nocive que le plantage de clous ou de vis.

Comment faire soi-même un scellement chimique ?

Un scellement chimique est un procédé par lequel il est possible de fixer solidement un objet lourd sur un support. Plutôt que d’utiliser des procédés habituels qui fragilisent le mur porteur, comme le placement d’un clou qui affaiblit la structure entière, ce scellement va combler le trou créé grâce au durcissement de sa résine.

Explication du procédé

Tout le principe du scellement chimique repose sur l’utilisation d’une résine et d’une substance de durcissement rapide, qui peut être achetée facilement en ligne sur des sites comme Hilti.

L’opération ressemble techniquement au plantage d’un clou dans le mur. Lorsqu’un clou est planté dans le mur, il est enfoncé à coup de marteau en perçant peu à peu la surface dans laquelle il vient se loger, assez solidement pour pouvoir tenir ensuite le poids d’un objet. Cependant, ce procédé a plusieurs défauts :

  • Il fragilise le mur en créant des microfissures qui peuvent plus tard se multiplier, ou bien s’agrandir sous le coup d’autres actions fragilisantes ;
  • Le trou formé sera légèrement plus grand que la tige du clou, ce qui signifie que ce dernier peut, à force de vibrations ou sous le poids d’un objet trop lourd, glisser et se décrocher ;
  • En cas de changement de décoration, le trou de la vis restera visible et devra être camouflé ou bien rebouché avec des produits plus chers.

Le scellement chimique n’a aucun de ces trois défauts. Dans le procédé, un trou sera percé à l’aide d’une perceuse qui ne crée aucune microfissure dans le mur. Dans cet espace ainsi créé, une résine spécifique sera injectée qui va rapidement durcir. Une tige filetée sera insérée dans la résine alors que cette dernière se solidifie : l’intérieur du mur va donc se reformer autour de cette tige.

Elle ne pourra ainsi pas se décrocher seule, et le trou dans lequel elle est fixée pourra être rebouché plus facilement en cas de retrait grâce à cette même résine pour ne pas abîmer votre décoration. Pour plus de conseils sur la réalisation d’une décoration d’appartement personnalisée, rendez-vous sur cet article du site Musée des Lettres.

Faire un scellement chimique

Pour faire soi-même un scellement chimique, il suffit de suivre quelques étapes assez simples. Au préalable, pensez à vous munir de la résine et du durcisseur qui l’accompagne, ainsi que d’une perceuse et d’une tige filetée. Équipez-vous aussi d’une soufflette ou d’un sèche-cheveux pour réaliser ce travail le plus proprement possible, et d’un tamis si le mur que vous vous préparez à percer est creux.

Dans un premier temps, percez un trou dans le mur. Faites attention à ce que la tige de votre perceuse soit plus épaisse de quelques millimètres que la tige que vous insérerez dans le mur. Si vous disposez d’une règle, vous pourrez travailler la longueur exacte du trou que vous formez. Une fois l’orifice créé, nettoyez-le de la poussière qui s’est accumulée grâce à votre soufflette.

Ensuite, placez votre tamis si votre mur est creux. Sinon, préparez le produit en mélangeant la résine et le durcisseur comme il est expliqué sur les produits que vous avez achetés, puis injectez la solution dans l’orifice, en prenant soin de l’injecter le plus profondément possible puis en progressant vers le rebord du trou.

Placez immédiatement l’élément à sceller (la tige filetée) sans attendre que la solution commence à durcir : il faut que la réaction se produise autour de la tige.

Fixez l’objet dans la position exacte attendue, et laissez sécher une ou deux minutes : rapidement, la solution sera devenue assez dure pour faire tenir l’ensemble seul, et en quelques minutes de plus, l’ensemble sera devenu parfaitement solide.

Voilà, vous savez faire vous-même un scellement chimique. Si néanmoins la théorie ne suffit pas, et si vous voulez voir un exemple au préalable, voici une vidéo postée sur YouTube qui montre comment faire un scellement chimique.

 

Lire la suite

Misterbricolo entretient les canalisations de sa salle de bain ...

25 Octobre 2018 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Conseils bricolage

Comme la cuisine, la salle de bain est un endroit qui se salit vite et que l’on souhaiterait toujours propre puisqu’on s’y lave. Pour une salle de bain propre, sans utiliser de produits chimiques, voici quelques astuces.

Salle de bain : canalisations et joints
S’il est rapide de garder sa salle de bain propre au quotidien, le passage par la case « nettoyage complet » est plus laborieux. Joints, robinetterie, canalisations… Il ne faut rien oublier pour être certain que la saleté ne s’installe pas partout ! Canalisations : du vinaigre blanc, du bicarbonate et des huiles essentielles Contre les mauvaises odeurs de canalisations, préparez dans votre congélateur des glaçons d’eau et de vinaigre blanc. Chaque semaine, laissez un glaçon fondre dans le fond de votre lavabo ou de votre douche, le vinaigre blanc coulera lentement le long des parois, et supprimera les odeurs.

C’est aussi bon pour l’entretien des canalisations. Vous pouvez ajouter deux gouttes d’huile essentielle de Tea Tree à chaque glaçon pour ses vertus fongicides. Si un bouchon se forme : pour le faire disparaître avant qu’il ne s’installe, mélangez un demi-verre de bicarbonate ou de cristaux de soude et un demi-verre de sel. Versez dans les canalisations et ajoutez de l’eau bouillante vinaigrée.

Des joints de salle de bain propres !

Lire la suite de l'article

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>