Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, bons plans pour la maison !

Misterbricolo recupère l'eau de pluie pour préparer son Pastis ...

20 Août 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Misterbricolo rentre "lessivé" de ses vacances sous la pluie mais ces dernières ont au moins eu le mérite d'être à l'origine de cette publication. C'est déjà ça...
Source : Leroy Merlin

L'installation pour récupérer les eaux de pluie

 
Puisque vous pouvez récupérer 80 à 90 % de l'eau de pluie qui tombe sur votre toit, vous venez de décider de monter un projet dans ce sens.

En lisant ce dossier, vous découvrirez les solutions de récupération adaptées à votre environnement.

COMMENT RECUPERER LES EAUX DE PLUIE ?
Le principe de fonctionnement est simple : la pluie qui tombe sur la toiture de la maison est canalisée dans des gouttières qui sont reliées à une cuve. Une pompe électrique permet d'acheminer l'eau de la cuve vers la maison où elle peut alimenter les sanitaires et appareils ménagers. Si le circuit peut être raccordé à un osmoseur et sous réserve d'une analyse chimique préalable, votre eau de pluie peut même devenir potable.



1. Se poser les bonnes questions
Même si le principe est simple, il est toujours utile de faire un diagnostic de vos besoins et des possibilités qu'offre votre habitat avant de vous lancer dans l'installation d'un système de récupération des eaux de pluie.

Où sera placée la réserve d'eau ?

1 >  En extérieur aérien.
2 >  En extérieur enterré.
3 >  En intérieur (cave, sous sol...).
Faut-il vider tous les réservoirs en hiver ?

1 >  Tous non. Seuls les réservoirs extérieurs aériens devront être vidés (et si possible entreposés à l'intérieur) afin de les protéger des intempéries et notamment du gel. Les cuves enterrées ou mises en cave peuvent être utilisées toute l'année.
Que se passe-t-il lorsque la cuve est pleine ?

1 >  Quelle que soit l'installation, il est impératif de prévoir un trop-plein. Celui-ci sera relié au réseau d'eaux pluviales.
La nature du sol est-elle compatible avec la mise en place d'une cuve ? Avant d'installer une cuve enterrée, il faut toujours vérifier :

1 >  La nature exacte du sol
2 >  La profondeur de la nappe phréatique Si le sol est argileux (ou poreux) ou que la nappe phréatique est haute, il est préférable de se rapprocher d'un spécialiste. N'oubliez pas qu'une cuve à enterrer doit toujours être enterrée dans sa totalité et qu'il ne doit jamais y avoir plus d'un métre entre la cuve et la surface au sol.
Comment pallier au manque d'eau de pluie lorsqu'on veut continuer à utiliser la cuve ?

1 >  Dans le cas d'une mise en réseau, une sonde placée à l'intérieur de la cuve déclenche automatiquement une électro-vanne qui ouvre l'alimentation de la cuve en eau potable du réseau, pour les besoins immédiats.

2. Les bons tuyaux
Il s'agit là de la première étape de circulation de l'eau lors de son circuit de récupération. Le collecteur de gouttière également appelé récupérateur d'eau pluviale permet de relier une descente d'eau pluviale à un réservoir ou une cuve. Les récupérateurs diffèrent d'un modèle à l'autre, aussi faut-il suivre attentivement les consignes du fabricant. EN voici quelques exemples.

Le collecteur fonctionne de la manière suivante : l'eau qui descend du toit, circule dans la gouttière et tombe dans le collecteur. A cette étape, l'eau est filtrée empêchant ainsi les salissures telles feuilles, brindilles, insectes de tomber dans la cuve. Ce filtre évite également la formation de vase et l'altération de l'eau.

Le bec d'écoulement, généralement en PVC, se monte simplement et rapidement sur toutes les gouttières. La seule différence avec le collecteur ou récupérateur est qu'il ne dispose pas de filtre contre les salissures ou autres impuretés.

L'eau qui provient du toit passe par un filtre pour être ensuite déversée dans la cuve ou le réservoir. Le filtre automatique s'installe dans le sol avant la cuve à la base de la gouttière. Une grille amovible ou un panier permettent de filtrer l'eau. Le filtre comprend un dôme avec couvercle pour en faciliter le nettoyage. Lorsque la cuve est pleine, l'eau est redirigée vers le réseau d'eaux pluviales via le trop plein.

La mise en place d'un récupérateur d'eau pluviale est simple et rapide, facile à retirer et à nettoyer. Un collecteur peut récupérer 80 à 90 % de l'eau qui tombe du toit lors d'une averse. Il peut être utilisé comme trop plein automatique : lorsque la cuve est pleine, l'eau est ainsi refoulée dans la gouttière puis évacuée dans le réseau d'eaux pluviales.

Le collecteur, peut être pourvu d'un passage de position été à position hiver. Cela permet pendant les mois d'hiver de ne pas utiliser la cuve afin d'éviter les risques liés au gel.

LES CUVES DE RECUPERATION DES EAUX DE PLUIE POUR L'INTERIEUR OU L'EXTERIEUR


1. Des cuves aux ensembles de jumelage
Les cuves pour l'extérieur trouveront facilement leur place dans le jardin. Important : Pour tous les modèles mis à l'extérieur, il ne faut jamais faire passer la descente de gouttière directement dans la cuve, mais toujours utiliser un collecteur de gouttière et installer un trop-plein. Pour la durabilité de votre cuve et de ses accessoires nous vous conseillons fortement d'utiliser un collecteur filtrant.

Les cuves peuvent être installées sur des rehausseurs ou socles permettant ainsi de faciliter le soutirage par le bas.

De capacité plus importantes que les simples cuves, les réservoirs sont aussi plus résistants aux chocs et aux U.V. Généralement, on parle de réservoir dés que la capacité dépasse les 1000 litres. Certains sont démontables (en deux parties) pour passer les portes et permettre ainsi une installation en intérieur (sous-sol).

L'installation de cuves ou réservoirs à l'intérieur de l'habitation (sous-sols) permet d'avoir tous les matériels accessibles en cas de besoin et de limiter les risques de gel en plein hiver.

Grâce à l'ensemble de jumelage, vous pouvez relier les cuves, les unes aux autres. Plusieurs avantages à cela : -tout d'abord, la possibilité d'utiliser plusieurs petites cuves plutôt qu'une grande -mais aussi la possibilité d'adapter la capacité de récupération au fur et mesure des saison.


2. Des formes variables pour s'adapter à votre environnement.
Cylindriques verticales

Cubiques

Cylindriques horizontales

Parallélépipédiques


3. Les principaux matériaux pouvant composer une cuve enterrée.
Solidité. Facilité de mise en oeuvre. Durée de vie. Limpidité de l'eau. Autant de critères à prendre en compte au moment de choisir votre cuve, en fonction de ce que vous voulez en faire.

Cuve Acier Béton Polyéthyléne
Aspects positifs

Solidité qui permet entre autres le passage de véhicules au-dessus de la cuve.

Facilité de mise en oeuvre.

Surface intérieure généralement lisse et recouverte d'un enduit plastique.

Durée de vie accrue.

Choix dans la contenance des cuves.

Solidité qui permet entre autre le passage de véhicules au-dessus de la cuve.

Très facile d'installation car très légère.

Elle est modulable selon les besoins.

Variété dans la forme et la contenance des cuves.

Surface intérieure généralement lisse.

Aspects négatifs

Difficulté de la mise en place due au poids du matériau.

Une limpidité de l'eau à remettre en cause au fil du temps

Mise en oeuvre difficile due à la lourdeur du matériau.

Moins solide que les autres matières. Ne permet pas le passage de véhicule.

 

 

 

 

LES CUVES DE RETENTION DES EAUX DE PLUIE

Les cuves de rétention ont une double mission :

1 >  Retenir les eaux pluviales (comme pour les barrages ou les lacs de retenue) et les évacuer vers le réseau selon un débit régulé.
2 >  Conserver un volume d'eau pluviale pour une utilisation personnelle jardin et habitat.
Ces cuves sont de plus en plus fréquemment imposées par les lotisseurs afin de limiter les rejets d'eaux pluviales dans le milieu naturel. La capacité de rétention (de 1000 litres à 9000 litres) et le débit régulé d'évacuation (de 0,05 à 2 litres/seconde) sont mentionnés sur le cahier des charges du lotisseur. Avant son entrée dans la cuve, l'eau de pluie doit impérativement être filtrée.


Les cuves de rétention sont spécialement recommandées lorsque :

1 >  les bassins d'orage sont saturés,
2 >  les diamètres des conduites de réseau sont limités,
3 >  l'infiltration des sols est trop lente,
4 >  la nappe phréatique est peu profonde.
Les avantages de la cuve de rétention sont :

1 >  un équipement sur mesure selon les volumes de rétention et d'utilisation souhaités,
2 >  une régulation de débit réglable de 0,05 litre à 2 litres par seconde,
3 >  une mise en oeuvre facilitée grâce à un poids et un encombrement faible de nombreux accessoires indispensables disponibles (rehausses, filtres, etc.),
4 >  les nombreuses capacités proposées.
Source : Leroy Merlin
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article