Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, bons plans pour la maison !

Misterbricolo manie très bien la gradine et la boucharde ...

15 Juillet 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Très bel article puisé sur le non moins très riche site de Mr Bricolage où la "pierre" est la reine du jardin...

 


Petit banc de pierre, russe water garden - GB.


Pierre et soleil


Banc de pierre de jardin avec paniers fleuris.


Fauteuil de pierre, fondation Ephrussi de Rothschild.


Les pèlerins s’y arrêtaient pour se rafraîchir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ; hélas, le magnifique bassin rond est devenu un bac à fleurs… sans fleurs.


Point d’orgue d’un jardin réussi, un petit plan d’eau affleurant parmi les nénuphars.


Coin de Paradis
Joli coin de terrasse méridionale sous une pergola qui tamise la lumière au plus fort de midi. Une construction de pierre sèche, un muret que prolonge un barbecue, et voilà en annexe de la maison un espace de vie pour l’été. Conception Maguy Champsaur.


Sous le balcon coule la fontaine
Depuis le XVIIIe siècle son clapotis accompagne jour et nuit la vie de la maison. Bassins et fontaines

Les jardins ne sauraient se passer de la pierre. Ce matériau favori entre tous est utilitaire et va de soi aux abords de la maison. Il s’intègre à l’architecture avec les terrasses, les pavages, dallages et escaliers ; au jardin, la pierre devient inséparable de l’eau, miroir ou courante. Le plus petit jardin se sublime dans une vasque, un bassin ou une fontaine ; tables et bancs pour les repas, murets ou rocailles où s’appuie la végétation, sont autant de décors faciles à mettre en place. La pierre est, on le voit, la reine du jardin, elle est sans concurrence.

Une pierre, mais laquelle ?

La France serait le pays européen le plus riche en gisements de pierres par le nombre de carrières et les variétés extraites, dont environ 80 peuvent être utilisées au sol. Il est donc souhaitable de respecter l’esprit local, d’utiliser une pierre de pays extraite à proximité et d’éviter ainsi le coût du transport (qui s’ajoute toujours au prix). C’est possible, car la pierre est multiple et diverse : granits, schistes feuilletés, ardoises brutes bretonnes, calcaires des causses, grès du Hurepoix ou de Fontainebleau… En extérieur, la première obligation est de choisir une pierre qui n’éclate pas au premier gel (éviter les calcaires trop tendres ou les pierres poreuses) mais résiste aussi à la chaleur du soleil et à la pluie qui agresseront le sol en permanence. Le superbe quartzite à l’éclat lustré, avec ses veines ocrées, extrêmement dur et antidérapant car légèrement rugueux, est parfait, par exemple, pour les entourages de piscine.

L’intérêt de la récupération

Pour qui n’aime pas trop l’aspect du neuf, n’ayant pas la patience d’attendre le graduel vieillissement naturel des choses, les matériaux anciens, vendus aujourd’hui par les antiquaires du bâtiment (démolisseurs - récupérateurs) constituent la principale source de toutes sortes d’éléments minéraux. On trouvera auprès de ces nouveaux professionnels un vaste choix de fontaines, d’auges, de puits et de vasques en pierre provenant de tous les coins de France, d’Espagne ou d’Italie, qui n’attendent qu’une reconversion ainsi que des lots de dalles anciennes patinées par le temps.

Reconvertir donne le sentiment de faire œuvre de création : une belle marche d’escalier en pierre en provenance d’une ancienne demeure, continue sa vie en devenant un banc, une meule de moulin usée d’avoir écrasé des céréales pendant des années devient une fort belle table basse, quant à l’aire à battre que l’on a découvert à distance de la maison, il ne faut pas la supprimer mais plutôt mettre en valeur cet élément rare en faisant de cet emplacement un espace choisi, à part dans le jardin.

Pierre et soleil

La pierre est vivante, elle se patine au soleil et brille sous la pluie. Quelques marches suffisent pour passer au jardin d’un niveau à un autre en toute sécurité si l’on prend la précaution de les balayer, de les brosser vigoureusement et surtout de retirer les mousses qui peuvent s’y accrocher.

Monter un muret à sec

Dans les régions où domine la pierre, comme les causses (Lot, Lozère), les cultivateurs retiraient une à une les pierres des champs quand elles heurtaient le soc de leur charrue ; ils les entassaient dans un coin et les utilisaient à longueur d’années pour élever des murets de pierre sèche pour entourer leurs propriétés ou border les chemins. Leur entretien était permanent. Aujourd’hui peu de gens savent encore réparer et encore moins construire ces murets de pierres montées à sec, c’est-à-dire sans liaison de terre ou de sable mélangé à de la chaux.

Partir d’une bonne assise, apprendre à choisir chaque pierre, pour la caler ensuite soigneusement parmi ses voisines implique un savoir faire. Dans les régions concernées, les amateurs sont nombreux et il est possible de suivre des stages, (payants mais aussi gratuits) d’initiation à ce type de construction.

L’entretien

Ne pas céder à la tentation, ni de l’acide chlorhydrique qui rouille la pierre, ou du sulfate de fer qui dépose en surface des sels métalliques, ni à l’acide oxalique, bien trop mordant. Choisir la simplicité avec le savon noir par exemple, qui favorise la formation du calcin, une réaction chimique protectrice à la surface de la pierre qui doit être toujours préservée. L’eau de Javel blanchit la pierre : l’utiliser concentrée et bien rincer. La lessive Saint-Marc dissoute à raison de 100 grammes par litre dans de l’eau très chaude, additionnée d’un verre d’alcali, est particulièrement conseillée pour nettoyer l’ardoise verdie. Pour éviter la formation de mousse il existe des solutions du commerce, à base de sel de zinc, qui respectent le calcin, à mélanger dans de l’eau, et à pulvériser sur la pierre.

 Source : Mr Bricolage - Par Annick STEIN -

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article