Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, bons plans pour la maison !

Misterbricolo ne tolère la mousse que dans sa bière et son bain ...

14 Mars 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Avec les pluies très abondantes et prolongées de l'hiver, la mousse se développe d'une manière spectaculaire dans de nombreux jardins. Un petit vent d'affolement pousse bien des jardiniers vers des produits anti-mousse, utilisés seuls ou en mélange avec de l'engrais gazon.
Efficaces dans l'immédiat, ces produits favorisent souvent un développement encore plus fort de la mousse l'année suivante. Le sulfate de fer acidifie la terre et contribue à la rendre moins perméable et donc plus favorable aux mousses. Le dichlorophène détruit aussi de nombreux micro-organismes du sol (algues, champignons, bactéries), qui contribuent à la fertilité de la terre. C'est un produit toxique pour les poissons.
En revanche, le cyanamide de calcium est un produit actif à court et long terme, car le calcaire qu'il contient améliore la structure du sol et l'azote stimule la croissance de l'herbe. Mais il est classé nocif pour l'utilisateur et irritant pour les yeux et les voies respiratoires.

Dans la pelouse.

Sous l'effet du piétinement, la pelouse se tasse au fil des ans. C'est un phénomène normal qui va d'autant plus vite que la terre est compacte du fait de sa structure limoneuse et argileuse. C'est le cas dans la plupart des sols du pays de Rennes. Tant que la dégradation de la structure du sol n'est pas trop forte, la mousse reste discrète. Évitez toutefois les tontes rases répétées avant l'hiver, trop agressives pour les graminées de l'herbe, qui favorisent son extension, surtout à l'ombre. Mais si votre tolérance à la mousse est faible, c'est dès maintenant qu'il faut agir !

Remédier aux causes.

Il faut décompacter la surface du sol, de manière à augmenter l'infiltration de l'eau de pluie. On utilise pour cela un scarificateur, les meilleurs et les plus faciles d'emploi étant ceux à moteur. On en trouve à louer dans la plupart des magasins de motoculture. Les couteaux rotatifs incisent le sol sur quelques millimètres contribuant ainsi à augmenter sa perméabilité. Les scarificateurs éliminent la mousse et les tiges mortes situées à la base de l'herbe, coupent et extirpent le feutrage superficiel des racines qui nuisent à l'aération du sol.
La fin de l'été et l'automne sont les périodes les plus favorables, car la terre n'est ni trop dure ni trop molle. Commencez par tondre la pelouse assez court et ramassez l'herbe. Deux passages croisés de scarificateur sont nécessaires, plus si la pelouse est vraiment envahie. Puis ratissez toutes les parties extirpées et portez-les sur votre tas de compost.
Complétez ce travail superficiel par un apport léger d'amendement calcaire (chaux), destiné à améliorer la structure du sol, et un apport d'engrais organique (compost ou autre). Pensez-y cet automne, même si vous ne passez pas le scarificateur.

Dans les massifs de fleurs et d'arbustes.


La mousse se développe entre les plantes, sur la terre laissée nue pendant l'hiver qui se tasse sous les pluies. Pour éviter cela, couvrez la terre avec un paillis de feuilles mortes ou de broyat de déchets du jardin (branches taillées, tiges sèches…) que l'on obtient facilement avec une tondeuse en étalant ces matériaux à la surface de la pelouse. À défaut de paillis, ratissez la mousse en fin d'hiver et portez la sur le compost.

Source : Rennes Metropole Denis Pépin
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article