Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, bons plans pour la maison !

Articles avec #jardin tag

Les secrets de l'entretien de la pelouse de Misterbricolo ...

24 Août 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Eliminer la mousse

La mousse aime les endroits ombragés, les terre compactes et peu fertiles, les sols aérés et humides en surface.

Comment ?

  1. Passez le scarificateur: il supprime la mousse et aère le sol.
  2. Epandre du sulphate de fer associé à un engrais.

Attention

Le sulfate de fer tâche, évitez d'en mettre sur vos dallages. En complément et si possible, taillez les arbres qui feraient trop d'ombre.                                                                                           

 

Fertiliser

Quand ?

Deux à trois fois par an en moyenne. Reportez vous aux indications du fabricant.

Comment ?

Epandre les granulés d'engrais uniformément sur la pelouse. Arrosez suffisamment pour aider les granulés à se dissoudre.

Quels produits utiliser ?

On distingue principalement deux types d'engrais:

- L'engrais à effet immédiat, lorsque la pelouse a souffert et nécessite une assimilation rapide de fertilisant. Il s'agit plutôt d'un engrais curatif qui ne convient pas pour un usage régulier.

- L'engrais à action lente, que la pelouse assimile selon ses besoins. Il permet à vos feuilles de garder une belle couleur verte. C'est ce type d'engrais qu'il est conseillé d'utiliser pour l'entretien normal de votre pelouse.

Liste des principaux composants des engrais et leurs rôles:

- N: Azote + agit sur les feuilles et les tiges (fait reverdir le gazon).

- P: Phosphore + agit sur le développement des racines.

- K: Potassium + favorise le développement des fruits et des fleurs.

- Ca: Calcium+ renforce les tissus végétaux.

- Mg: Magnésium + aide à la constitution de la chlorophylle.

                            + aide à résister à la sécheresse.

Remarque

Les pourcentages de ces composants sont inscrits sur les boîtes et les sacs d'engrais, sous la forme suivante / NPK 7 4 3 : 7% azote, 4% phosphore, 3% potassium.

 

 

Aérer

Pourquoi ?

Naturellement le sol se compacte, notamment sous l'effet de la pluie, de l'arrosage et du piétinement. Le feutre se développe à la surface. Les racines s'asphyxient et ont du mal à se développer. L'aération du sol permet de décomposer le feutre, de décompacter la terre pour lui permettre de mieux distribuer les aliments nutritifs et d'absorber l'eau en profondeur. Le résultat est une pelouse plus dense et bien verte qui laissera moins de place aux mauvaises herbes.

Quand ?

Une fois par an, au début de l'automne ou au printemps.

Comment ?

Utiliser une motobineuse équipée d'outils scarificateurs qui non seulement aèrent les racines mais éliminent la mousse et les mauvaises herbes. Pour choisir l'outil adapté, demandez conseil à votre concessionnaire Honda. 

Eliminer les mauvaises herbes

Quand ?

N'attendez pas que les mauvaises herbes aient envahies votre pelouse pour traiter. Plus le traitement est précoce, plus il est efficace.

Comment ?

- Si votre terrain n'est pas trop envahi, arrachez les mauvaises herbes à la main, avec leurs racines. C'est la méthode la plus écologique.

- Si les mauvaises herbes sont trop nombreuses, passez un herbicide pour gazon, à l'aide d'un pulvérisateur. Pour qu'il soit efficace, n'arrosez pas après le traitement, attendez deux jours.

Quel produit utiliser ?

Il existe de nombreux désherbants efficaces dans le commerce. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez utiliser un engrais désherbant, voir même un engrais désherbant et antimousse.

A retenir

Une pelouse bien entretenue et bien fertilisée dera plus dense et laissera moins de place aux mauvaises herbes et aux mousses.
Source : Honda

Lire la suite

Misterbricolo recupère l'eau de pluie pour préparer son Pastis ...

20 Août 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Misterbricolo rentre "lessivé" de ses vacances sous la pluie mais ces dernières ont au moins eu le mérite d'être à l'origine de cette publication. C'est déjà ça...
Source : Leroy Merlin

L'installation pour récupérer les eaux de pluie

 
Puisque vous pouvez récupérer 80 à 90 % de l'eau de pluie qui tombe sur votre toit, vous venez de décider de monter un projet dans ce sens.

En lisant ce dossier, vous découvrirez les solutions de récupération adaptées à votre environnement.

COMMENT RECUPERER LES EAUX DE PLUIE ?

Le principe de fonctionnement est simple : la pluie qui tombe sur la toiture de la maison est canalisée dans des gouttières qui sont reliées à une cuve. Une pompe électrique permet d'acheminer l'eau de la cuve vers la maison où elle peut alimenter les sanitaires et appareils ménagers. Si le circuit peut être raccordé à un osmoseur et sous réserve d'une analyse chimique préalable, votre eau de pluie peut même devenir potable.



1. Se poser les bonnes questions
Même si le principe est simple, il est toujours utile de faire un diagnostic de vos besoins et des possibilités qu'offre votre habitat avant de vous lancer dans l'installation d'un système de récupération des eaux de pluie.

Où sera placée la réserve d'eau ?

1 >  En extérieur aérien.
2 >  En extérieur enterré.
3 >  En intérieur (cave, sous sol...).
Faut-il vider tous les réservoirs en hiver ?

1 >  Tous non. Seuls les réservoirs extérieurs aériens devront être vidés (et si possible entreposés à l'intérieur) afin de les protéger des intempéries et notamment du gel. Les cuves enterrées ou mises en cave peuvent être utilisées toute l'année.
Que se passe-t-il lorsque la cuve est pleine ?

1 >  Quelle que soit l'installation, il est impératif de prévoir un trop-plein. Celui-ci sera relié au réseau d'eaux pluviales.
La nature du sol est-elle compatible avec la mise en place d'une cuve ? Avant d'installer une cuve enterrée, il faut toujours vérifier :

1 >  La nature exacte du sol
2 >  La profondeur de la nappe phréatique Si le sol est argileux (ou poreux) ou que la nappe phréatique est haute, il est préférable de se rapprocher d'un spécialiste. N'oubliez pas qu'une cuve à enterrer doit toujours être enterrée dans sa totalité et qu'il ne doit jamais y avoir plus d'un métre entre la cuve et la surface au sol.
Comment pallier au manque d'eau de pluie lorsqu'on veut continuer à utiliser la cuve ?

1 >  Dans le cas d'une mise en réseau, une sonde placée à l'intérieur de la cuve déclenche automatiquement une électro-vanne qui ouvre l'alimentation de la cuve en eau potable du réseau, pour les besoins immédiats.

2. Les bons tuyaux
Il s'agit là de la première étape de circulation de l'eau lors de son circuit de récupération. Le collecteur de gouttière également appelé récupérateur d'eau pluviale permet de relier une descente d'eau pluviale à un réservoir ou une cuve. Les récupérateurs diffèrent d'un modèle à l'autre, aussi faut-il suivre attentivement les consignes du fabricant. EN voici quelques exemples.

Le collecteur fonctionne de la manière suivante : l'eau qui descend du toit, circule dans la gouttière et tombe dans le collecteur. A cette étape, l'eau est filtrée empêchant ainsi les salissures telles feuilles, brindilles, insectes de tomber dans la cuve. Ce filtre évite également la formation de vase et l'altération de l'eau.

Le bec d'écoulement, généralement en PVC, se monte simplement et rapidement sur toutes les gouttières. La seule différence avec le collecteur ou récupérateur est qu'il ne dispose pas de filtre contre les salissures ou autres impuretés.

L'eau qui provient du toit passe par un filtre pour être ensuite déversée dans la cuve ou le réservoir. Le filtre automatique s'installe dans le sol avant la cuve à la base de la gouttière. Une grille amovible ou un panier permettent de filtrer l'eau. Le filtre comprend un dôme avec couvercle pour en faciliter le nettoyage. Lorsque la cuve est pleine, l'eau est redirigée vers le réseau d'eaux pluviales via le trop plein.

La mise en place d'un récupérateur d'eau pluviale est simple et rapide, facile à retirer et à nettoyer. Un collecteur peut récupérer 80 à 90 % de l'eau qui tombe du toit lors d'une averse. Il peut être utilisé comme trop plein automatique : lorsque la cuve est pleine, l'eau est ainsi refoulée dans la gouttière puis évacuée dans le réseau d'eaux pluviales.

Le collecteur, peut être pourvu d'un passage de position été à position hiver. Cela permet pendant les mois d'hiver de ne pas utiliser la cuve afin d'éviter les risques liés au gel.

LES CUVES DE RECUPERATION DES EAUX DE PLUIE POUR L'INTERIEUR OU L'EXTERIEUR


1. Des cuves aux ensembles de jumelage
Les cuves pour l'extérieur trouveront facilement leur place dans le jardin. Important : Pour tous les modèles mis à l'extérieur, il ne faut jamais faire passer la descente de gouttière directement dans la cuve, mais toujours utiliser un collecteur de gouttière et installer un trop-plein. Pour la durabilité de votre cuve et de ses accessoires nous vous conseillons fortement d'utiliser un collecteur filtrant.

Les cuves peuvent être installées sur des rehausseurs ou socles permettant ainsi de faciliter le soutirage par le bas.

De capacité plus importantes que les simples cuves, les réservoirs sont aussi plus résistants aux chocs et aux U.V. Généralement, on parle de réservoir dés que la capacité dépasse les 1000 litres. Certains sont démontables (en deux parties) pour passer les portes et permettre ainsi une installation en intérieur (sous-sol).

L'installation de cuves ou réservoirs à l'intérieur de l'habitation (sous-sols) permet d'avoir tous les matériels accessibles en cas de besoin et de limiter les risques de gel en plein hiver.

Grâce à l'ensemble de jumelage, vous pouvez relier les cuves, les unes aux autres. Plusieurs avantages à cela : -tout d'abord, la possibilité d'utiliser plusieurs petites cuves plutôt qu'une grande -mais aussi la possibilité d'adapter la capacité de récupération au fur et mesure des saison.


2. Des formes variables pour s'adapter à votre environnement.
Cylindriques verticales

Cubiques

Cylindriques horizontales

Parallélépipédiques


3. Les principaux matériaux pouvant composer une cuve enterrée.
Solidité. Facilité de mise en oeuvre. Durée de vie. Limpidité de l'eau. Autant de critères à prendre en compte au moment de choisir votre cuve, en fonction de ce que vous voulez en faire.

Cuve Acier Béton Polyéthyléne
Aspects positifs

Solidité qui permet entre autres le passage de véhicules au-dessus de la cuve.

Facilité de mise en oeuvre.

Surface intérieure généralement lisse et recouverte d'un enduit plastique.

Durée de vie accrue.

Choix dans la contenance des cuves.

Solidité qui permet entre autre le passage de véhicules au-dessus de la cuve.

Très facile d'installation car très légère.

Elle est modulable selon les besoins.

Variété dans la forme et la contenance des cuves.

Surface intérieure généralement lisse.

Aspects négatifs

Difficulté de la mise en place due au poids du matériau.

Une limpidité de l'eau à remettre en cause au fil du temps

Mise en oeuvre difficile due à la lourdeur du matériau.

Moins solide que les autres matières. Ne permet pas le passage de véhicule.

 

 

 

 

LES CUVES DE RETENTION DES EAUX DE PLUIE

Les cuves de rétention ont une double mission :

1 >  Retenir les eaux pluviales (comme pour les barrages ou les lacs de retenue) et les évacuer vers le réseau selon un débit régulé.
2 >  Conserver un volume d'eau pluviale pour une utilisation personnelle jardin et habitat.
Ces cuves sont de plus en plus fréquemment imposées par les lotisseurs afin de limiter les rejets d'eaux pluviales dans le milieu naturel. La capacité de rétention (de 1000 litres à 9000 litres) et le débit régulé d'évacuation (de 0,05 à 2 litres/seconde) sont mentionnés sur le cahier des charges du lotisseur. Avant son entrée dans la cuve, l'eau de pluie doit impérativement être filtrée.


Les cuves de rétention sont spécialement recommandées lorsque :

1 >  les bassins d'orage sont saturés,
2 >  les diamètres des conduites de réseau sont limités,
3 >  l'infiltration des sols est trop lente,
4 >  la nappe phréatique est peu profonde.
Les avantages de la cuve de rétention sont :

1 >  un équipement sur mesure selon les volumes de rétention et d'utilisation souhaités,
2 >  une régulation de débit réglable de 0,05 litre à 2 litres par seconde,
3 >  une mise en oeuvre facilitée grâce à un poids et un encombrement faible de nombreux accessoires indispensables disponibles (rehausses, filtres, etc.),
4 >  les nombreuses capacités proposées.
Source : Leroy Merlin
Lire la suite

Misterbricolo manie très bien la gradine et la boucharde ...

15 Juillet 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Très bel article puisé sur le non moins très riche site de Mr Bricolage où la "pierre" est la reine du jardin...

 


Petit banc de pierre, russe water garden - GB.


Pierre et soleil


Banc de pierre de jardin avec paniers fleuris.


Fauteuil de pierre, fondation Ephrussi de Rothschild.


Les pèlerins s’y arrêtaient pour se rafraîchir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ; hélas, le magnifique bassin rond est devenu un bac à fleurs… sans fleurs.


Point d’orgue d’un jardin réussi, un petit plan d’eau affleurant parmi les nénuphars.


Coin de Paradis
Joli coin de terrasse méridionale sous une pergola qui tamise la lumière au plus fort de midi. Une construction de pierre sèche, un muret que prolonge un barbecue, et voilà en annexe de la maison un espace de vie pour l’été. Conception Maguy Champsaur.


Sous le balcon coule la fontaine
Depuis le XVIIIe siècle son clapotis accompagne jour et nuit la vie de la maison. Bassins et fontaines

Les jardins ne sauraient se passer de la pierre. Ce matériau favori entre tous est utilitaire et va de soi aux abords de la maison. Il s’intègre à l’architecture avec les terrasses, les pavages, dallages et escaliers ; au jardin, la pierre devient inséparable de l’eau, miroir ou courante. Le plus petit jardin se sublime dans une vasque, un bassin ou une fontaine ; tables et bancs pour les repas, murets ou rocailles où s’appuie la végétation, sont autant de décors faciles à mettre en place. La pierre est, on le voit, la reine du jardin, elle est sans concurrence.

Une pierre, mais laquelle ?

La France serait le pays européen le plus riche en gisements de pierres par le nombre de carrières et les variétés extraites, dont environ 80 peuvent être utilisées au sol. Il est donc souhaitable de respecter l’esprit local, d’utiliser une pierre de pays extraite à proximité et d’éviter ainsi le coût du transport (qui s’ajoute toujours au prix). C’est possible, car la pierre est multiple et diverse : granits, schistes feuilletés, ardoises brutes bretonnes, calcaires des causses, grès du Hurepoix ou de Fontainebleau… En extérieur, la première obligation est de choisir une pierre qui n’éclate pas au premier gel (éviter les calcaires trop tendres ou les pierres poreuses) mais résiste aussi à la chaleur du soleil et à la pluie qui agresseront le sol en permanence. Le superbe quartzite à l’éclat lustré, avec ses veines ocrées, extrêmement dur et antidérapant car légèrement rugueux, est parfait, par exemple, pour les entourages de piscine.

L’intérêt de la récupération

Pour qui n’aime pas trop l’aspect du neuf, n’ayant pas la patience d’attendre le graduel vieillissement naturel des choses, les matériaux anciens, vendus aujourd’hui par les antiquaires du bâtiment (démolisseurs - récupérateurs) constituent la principale source de toutes sortes d’éléments minéraux. On trouvera auprès de ces nouveaux professionnels un vaste choix de fontaines, d’auges, de puits et de vasques en pierre provenant de tous les coins de France, d’Espagne ou d’Italie, qui n’attendent qu’une reconversion ainsi que des lots de dalles anciennes patinées par le temps.

Reconvertir donne le sentiment de faire œuvre de création : une belle marche d’escalier en pierre en provenance d’une ancienne demeure, continue sa vie en devenant un banc, une meule de moulin usée d’avoir écrasé des céréales pendant des années devient une fort belle table basse, quant à l’aire à battre que l’on a découvert à distance de la maison, il ne faut pas la supprimer mais plutôt mettre en valeur cet élément rare en faisant de cet emplacement un espace choisi, à part dans le jardin.

Pierre et soleil

La pierre est vivante, elle se patine au soleil et brille sous la pluie. Quelques marches suffisent pour passer au jardin d’un niveau à un autre en toute sécurité si l’on prend la précaution de les balayer, de les brosser vigoureusement et surtout de retirer les mousses qui peuvent s’y accrocher.

Monter un muret à sec

Dans les régions où domine la pierre, comme les causses (Lot, Lozère), les cultivateurs retiraient une à une les pierres des champs quand elles heurtaient le soc de leur charrue ; ils les entassaient dans un coin et les utilisaient à longueur d’années pour élever des murets de pierre sèche pour entourer leurs propriétés ou border les chemins. Leur entretien était permanent. Aujourd’hui peu de gens savent encore réparer et encore moins construire ces murets de pierres montées à sec, c’est-à-dire sans liaison de terre ou de sable mélangé à de la chaux.

Partir d’une bonne assise, apprendre à choisir chaque pierre, pour la caler ensuite soigneusement parmi ses voisines implique un savoir faire. Dans les régions concernées, les amateurs sont nombreux et il est possible de suivre des stages, (payants mais aussi gratuits) d’initiation à ce type de construction.

L’entretien

Ne pas céder à la tentation, ni de l’acide chlorhydrique qui rouille la pierre, ou du sulfate de fer qui dépose en surface des sels métalliques, ni à l’acide oxalique, bien trop mordant. Choisir la simplicité avec le savon noir par exemple, qui favorise la formation du calcin, une réaction chimique protectrice à la surface de la pierre qui doit être toujours préservée. L’eau de Javel blanchit la pierre : l’utiliser concentrée et bien rincer. La lessive Saint-Marc dissoute à raison de 100 grammes par litre dans de l’eau très chaude, additionnée d’un verre d’alcali, est particulièrement conseillée pour nettoyer l’ardoise verdie. Pour éviter la formation de mousse il existe des solutions du commerce, à base de sel de zinc, qui respectent le calcin, à mélanger dans de l’eau, et à pulvériser sur la pierre.

 Source : Mr Bricolage - Par Annick STEIN -

 

Lire la suite

Misterbricolo ne mange pas que des yaourt bio ...

29 Juin 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

10 astuces naturelles pour votre jardin avec "Le journal des Femmes"
Exemple d'astuce : Pour repousser les insectes qui dévorent les plantes du jardin... c'est par ici ...

Pourquoi ?

Les coquilles d'œufs broyées empêchent limaces et escargots de grimper sur vos plantes et de les dévorer.

La recette

Pour décourager les gastéropodes de grimper sur vos plantes, placez une barrière de coquilles d'œufs écrasées au pied de celles-ci.

Les alternatives

Vous pouvez trouver en jardinerie de la terre d'infusoires, poudre constituée de squelettes d'algues marines dont la structure microscopique est coupante pour les gastéropodes. Pour être efficace, elle doit être appliquée après chaque pluie autour des plantes à protéger.

Œufs

Ciboulette

Choux

Patate

Piments

Tabac

Tomate

Absinthe

Ail

Savon


Source : "Le journal des femmes

Lire la suite

Misterbricolo partage sa bière avec les limaces et les escargots ...

19 Juin 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Superbe site découvert juste après une averse où, telle la limace, Misterbricolo réussissait à se traîner vers son micro pour vous copier/collo ces belles astuces de ce site non moins admirable : Gerbeaud

C'est au printemps que ces charmants hôtes des jardins refont leur apparition. Une courte pluie et hop! les voici qui partent à l'attaque de tout ce qui escargot et laitueest jeune, tendre et vert parmi vos cultures. Comment se protéger ?

La base : granulés

La méthode la plus simple, mais également la moins écologique et la plus onéreuse, consiste à répandre autour des jeunes plants du potager et du jardin d'ornement des granulés anti-limaces.
Vendu généralement dans un boitier permettant une distribution aisée, ils sont en outre colorés pour que vous puissiez visualiser leur présence ou non sur le sol.
Les possesseurs d'animaux domestiques auront soin de choisir un produit non toxique pour ces derniers.

Double emploi : le paillage

S'il pleut beaucoup...

Votre travail de protection est à reprendre! Le paillage aura sûrement été dispersé, et les granulés anti-limaces,assez friables, auront perdu beaucoup de leur efficacité.

Un paillage fin, constitué par exemple de paillettes de lin ou de cabosses de cacao, gêne la progression de nos parasites du jour.

Avantage: tous les bénéfices du paillage, à savoir protection du froid, limitation de l'évaporation, ralentissement de l'envahissement des mauvaises herbes...
A noter que les écorces de pin, genre 20-40, ne les arrêtera pas!

Soucoupe de bière

Un peu barbare, mais pourquoi pas ? Placez à proximité des zones à protèger des soucoupes remplies d'un peu de bière, dont raffolent limaces comme escargot.
Choisissez un modèle à bord suffisamment haut pour que le retour post dégustation soit impossible!
limacesA placer de préférence un peu à l'ombre, pour limiter l'évaporation.

Obstacles

Les gastéropodes se déplacent souvent après la pluie, car la pellicule d'eau restant sur les feuilles facilite grandement leurs mouvements.
Une idée est donc de contrarier ce glissement, en déposant autour des végétaux à protéger une couche de fines particules. Parmi ce que l'on trouve facilement: cendres de bois, sciure ou marc de café, et vous voyez que l'on retombe vite dans les remèdes "de grand-mères" bien connus !

Source : Gerbeaud

Lire la suite

Misterbricolo ne badine pas avec la qualité de son barbecue ...

29 Mai 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Après une bonne journée de bricolage, rien ne vaut un bon barbecue entre amis. Misterbricolo a déniché pour vous ce site dédié à l'univers du barbecue et vous invite à y découvrir ses conseils dans le choix d'un barbecue, ses astuces et recettes qui vous changeront un peu de la sempiternelle merguez, même si cette dernière reste incontournable...

 Les Brûleurs
La plupart des barbecues possède un seul brûleur en forme de barre ou de H avec un ou deux contrôles: ce type de barbecue ne permet pas de contrôler la chaleur, et donne des zones à différentes températures.
Les meilleurs barbecues, possèdent eux, deux ou plusieurs brûleurs indépendants, ce qui permet un meilleur contrôle de la chaleur.

  Systèmes de distribution de chaleur
Les barbecues à gaz, dont la distribution de chaleur se fait par briquettes céramiques ou pierre de lave, produisent des jus de cuisson qui se cumulent et donnent des flammes de grande taille qui brûlent les aliments et sont par d’ailleurs très dangereuses.
Les meilleurs barbecues, possèdent un système de barres d’acier qui, comme un embout, permet d’éloigner les jus et graisses de cuisson, réduisant considérablement les risques de flammes.

 KW/h ou BTUs
Les KW/h ou BTU (Unités Thermiques Britanniques) donnent le volume de gaz consommé par le barbecue, et non pas la puissance de celui-ci. Les barbecues de qualité consomment moins de KW/h et ont un rendement supérieur, d’ailleurs une consommation excessive peut endommager les brûleurs et réduire la vie utile du barbecue.

 Une structure solide
Au moment de choisir son barbecue, préférez  ceux qui ont une structure en acier inoxydable de haute qualité, des pieds solides ainsi que des roulettes du même matériel.
Les grilles, sont généralement en aluminium recouvertes de  nickel ou crome. Les barbecues de qualité disposent de grilles en fer fondu, acier inoxydable, aluminium ou fer fondu avec finitions en porcelaine.
Une grille plus épaisse aura une vue utile supérieure, et permettra une meilleure distribution de la chaleur.

 Brûleurs additionnels
Certains barbecues ont des brûleurs sur les côtés, qui sont très pratiques pour préparer légumes et sauces. Les couvercles fermés de ces brûleurs, il en résulte des plans de travail, qui permettent de préparer et garder la viande jusqu’au moment de la cuisson.

Voir également :

Barbecue de jardin
Barbecue sur pied
Accessoires

Source : 123barbecue.com

Lire la suite

Misterbricolo est l'ami de Truffaut ...

19 Mai 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

TRUFFAUT ...

Misterbricolo connaît à peu près toutes les jardineries de France. Truffaut est sa préférée.
On y trouve de tout et en bonne santé.
Alors... pour celles et ceux qui n'ont pas de magasins près de chez eux, il vous suffira de cliquer sur un des liens ci-dessous pour accéder aux nombreux conseils de pros publiés sur leur site Internet :

Redonnez un peu de vitalité à vos plantes avec le guide des engrais Ne vous laissez plus envahir par les moustiques! Découvrez les solutions que vous propose TRUFFAUT Découvrez les stars de l'été poivrons, tomates et aubergines raviront vos papilles Ce concours est fait pour vous! Une surprise est réservée à tous les participants.
Les engrais Stop
aux moustiques !
Découvrez
les stars de l'été
Pour les passionnés de jardin de la capitale...
Redonnez un peu de vitalité à vos plantes avec le guide des engrais Ne vous laissez plus envahir par les moustiques ! Découvrez les solutions que vous propose TRUFFAUT Poivrons, tomates et aubergines raviront vos papilles Ce concours est fait pour vous! Une surprise est réservée à tous les participants.

Toutes les fiches conseils à télécharger sont ici
Lire la suite

Misterbricolo soigne ses larves de coccinelles ...

13 Mai 2007 , Rédigé par Misterbricolo est l'ami des coccinelles... Publié dans #Jardin

On commence à en trouver dans les jardineries, le plus souvent sur commande. Pourquoi ne pas faire chauffer sa carte bleue et s'acheter 50 larves de nos amies coccinelles (11,90 euros) pour qu'elles vous fasse un p'tit nettoyage bio maison ?

50 larves de coccinelles : lutte biologique contre les parasites



larves de coccinelles anti pucerons larve coccinelle

11.90 euros

 
 
 

ATTENTION : en pleine saison de mai à juillet, ce produit peut subir des délais de livraison !

ATTENTION lisez TRES ATTENTIVEMENT cette page. L'expédition d'êtres vivants est compliquée et scucite des questions.

TOUTES les réponses sont apportées dans cette page, ceci pour éviter les centaines d'appels téléphoniques chaque jour au printemps ! MERCI

 Pour visualiser la vidéo, CLIQUEZ ICI

 FINI les pulvérisations qui polluent et qui coûtent cher ... ( contre les chenilles, pulvérisez 10 jours avant la mise en place des larves. Utilisez un insecticide BIO à base de BACILLUS THURINGIENSIS )

La coccinelle travaille pour vous !

elle sera votre parapluie biologique

 

... un jardin protégé naturellement ... c'est COOL !

 

TRES IMPORTANT

Dés réception, les coccinelles doivent être le plus vite possible positionnées sur les plantes ou les arbres, surtout si les températures extérieures sont supérieures à 22 ° c. Ceci dans le but de leur donner toutes leurs chances. Si les larves restent stockées trop longtemps dans les boites de transport, elles finissent par se manger entre elles au bout de quelques jours. Les expéditions ont toujours lieu le mardi au plus tard pour éviter ce type de problème.

Précisez IMPERATIVEMENT en case COMMENTAIRE dans le bon de commande, la date du MARDI souhaité pour l'expédition ! ATTENTION aux vacances scolaires pour les écoles qui commandent, NE SOYEZ PAS ABSENT ! Passez votre commande AVANT VENDREDI 10h00 pour expédition le mardi suivant ! ( sinon expédition le mardi en 8 ! )

EXPEDITION : si vous ne précisez pas de date d'expédition, les larves seront expédiées le mardi suivant votre commande + 4 jours :

exemple, une commande passée le jeudi semaine 1 sera expédiée le mardi semaine 2 pour réception le jeudi ou vendredi semaine 2.
Autre exemple, commande passée le samedi semaine 1, expédition le mardi semaine 3 et non pas semaine 2

 

photo de l'emballage :
boite de larves de coccinelles

 

voir la boite de 100 larves ICI

La coccinelle Adalia bipunctata est un prédateur indigène des pucerons.
Les larves de coccinelles peuvent être introduites dans les jardins, vergers et potagers pour lutter contre les pucerons (ex : rosiers, plantes d’ornement, arbustes, fruitiers, salades…). Les larves ont l’avantage par rapport aux adultes d’être plus voraces (elles mangent entre 100 et 150 pucerons par jour) et de ne pas s’envoler.
La coccinelle Adalia peut être utilisée en combinaison avec d’autres produits biologiques et ne présente aucun danger pour l’homme et la nature.

Veuillez à ne pas introduire les larves avant une période de forte pluie, ni pendant une période trop froide (a fortiori de gel) : minimum 8 à 10°C de température nocturne.

Lire la suite

Misterbricolo regarde pousser ses laitues ...

29 Avril 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

Il existe une multitude de sites traitant du jardin et du jardinage. La plupart d'entre eux sont bien réalisés. Celui ci (aujaudin.info), contient une mine de conseils, de trucs et d'astuces, de l'info et des fils d'actualités que vous pouvez insérer sur vos propres sites. Bref, Misterbricolo ne pouvait y rester insensible et vous invite à découvrir ici quelques trucs bien pratiques pour "cultiver son jardin"...

  • Vos trucs pour la culture de la tomate
  • Vos trucs pour la culture des haricots
  • Vos trucs pour la culture du poireau
  • Vos trucs pour la culture de la pomme de terre
  • Vos trucs pour la culture de la laitue
  • Vos trucs pour la culture de la carotte
  • Vos trucs pour la culture de l'oignon
  • Vos autres trucs pour la culture des plantes du potager

    A voir également : equip-jardin.com

  • Lire la suite

    Misterbricolo ne tolère la mousse que dans sa bière et son bain ...

    14 Mars 2007 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

    Avec les pluies très abondantes et prolongées de l'hiver, la mousse se développe d'une manière spectaculaire dans de nombreux jardins. Un petit vent d'affolement pousse bien des jardiniers vers des produits anti-mousse, utilisés seuls ou en mélange avec de l'engrais gazon.
    Efficaces dans l'immédiat, ces produits favorisent souvent un développement encore plus fort de la mousse l'année suivante. Le sulfate de fer acidifie la terre et contribue à la rendre moins perméable et donc plus favorable aux mousses. Le dichlorophène détruit aussi de nombreux micro-organismes du sol (algues, champignons, bactéries), qui contribuent à la fertilité de la terre. C'est un produit toxique pour les poissons.
    En revanche, le cyanamide de calcium est un produit actif à court et long terme, car le calcaire qu'il contient améliore la structure du sol et l'azote stimule la croissance de l'herbe. Mais il est classé nocif pour l'utilisateur et irritant pour les yeux et les voies respiratoires.

    Dans la pelouse.

    Sous l'effet du piétinement, la pelouse se tasse au fil des ans. C'est un phénomène normal qui va d'autant plus vite que la terre est compacte du fait de sa structure limoneuse et argileuse. C'est le cas dans la plupart des sols du pays de Rennes. Tant que la dégradation de la structure du sol n'est pas trop forte, la mousse reste discrète. Évitez toutefois les tontes rases répétées avant l'hiver, trop agressives pour les graminées de l'herbe, qui favorisent son extension, surtout à l'ombre. Mais si votre tolérance à la mousse est faible, c'est dès maintenant qu'il faut agir !

    Remédier aux causes.

    Il faut décompacter la surface du sol, de manière à augmenter l'infiltration de l'eau de pluie. On utilise pour cela un scarificateur, les meilleurs et les plus faciles d'emploi étant ceux à moteur. On en trouve à louer dans la plupart des magasins de motoculture. Les couteaux rotatifs incisent le sol sur quelques millimètres contribuant ainsi à augmenter sa perméabilité. Les scarificateurs éliminent la mousse et les tiges mortes situées à la base de l'herbe, coupent et extirpent le feutrage superficiel des racines qui nuisent à l'aération du sol.
    La fin de l'été et l'automne sont les périodes les plus favorables, car la terre n'est ni trop dure ni trop molle. Commencez par tondre la pelouse assez court et ramassez l'herbe. Deux passages croisés de scarificateur sont nécessaires, plus si la pelouse est vraiment envahie. Puis ratissez toutes les parties extirpées et portez-les sur votre tas de compost.
    Complétez ce travail superficiel par un apport léger d'amendement calcaire (chaux), destiné à améliorer la structure du sol, et un apport d'engrais organique (compost ou autre). Pensez-y cet automne, même si vous ne passez pas le scarificateur.

    Dans les massifs de fleurs et d'arbustes.


    La mousse se développe entre les plantes, sur la terre laissée nue pendant l'hiver qui se tasse sous les pluies. Pour éviter cela, couvrez la terre avec un paillis de feuilles mortes ou de broyat de déchets du jardin (branches taillées, tiges sèches…) que l'on obtient facilement avec une tondeuse en étalant ces matériaux à la surface de la pelouse. À défaut de paillis, ratissez la mousse en fin d'hiver et portez la sur le compost.

    Source : Rennes Metropole Denis Pépin
    Lire la suite
    << < 10 20 21 22 > >>