Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, astuces et bons plans pour la maison !

Articles récents

Misterbricolo jardine au printemps ...

29 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Jardin

C'est le moment où ... l'année prochaine ...

Dès les premiers sourires du printemps, on se prend une envie de tout tailler, planter, et semer. En oubliant parfois quelques règles évidentes, ou des gestes simples qui changent tout, ainsi que des élémentaires précautions qui préservent l’avenir. Nos conseils pour bien jardiner au printemps.

Jardinage de printemps : supprimer des drageons

La plupart des arbres fruitiers sont greffés et il peut arriver, au bout de quelques années, que le porte-greffe refasse parler de lui en émettant des rejets au-dessous du point de greffe. Si vous laissez ces gourmands se développer ils vont aspirer toute la vigueur de l’arbre, au détriment de la variété greffée. Il faut donc impérativement supprimer ces drageons, au plus court.

Au printemps, planter sans attendre

Si vous rêvez d’un treillage fleuri sans trop de soucis, adoptez les rosiers grimpants à la végétation vigoureuse : Blush Noisette, Ghislaine de Féligonde, Seagull, Toby Tristram, Bobbie James, Wedding Day, Belle de Londres, Clair Matin, Pierre de Ronsard, Pink Cloud… Et associez-leur des clématites, comme à Bagatelle. Employez de préférence celles à petites fleurs (Prince Charles par exemple).

Rafraîchir les bordures

C’est fou ce qu’en hiver les mauvaise herbes peuvent s’en donner à cœur joie. Et un massif qui était impeccable en automne se retrouve vite enherbé si l’on n’y prend pas garde. Portez d’abord votre attention sur les bordures, la frontière large de 30 à 50 cm qui borde le massif. Un coup de bêche tranchera le bord avec netteté.

Ensuite, ressortez votre petite binette préférée, passez un coup de lime pour l’affûter, et gratter juste en surface.

Bêcher à grosses mottes et affiner la houe

Avant d’installer des plantes vivaces, des dahlias, des fleurs annuelles ou encore des arbustes, rien ne vaut un bon bêchage, qui permet de partir d’une situation nette. A terme, il est en effet bien plus efficace de tout bêcher plutôt que de se contenter de préparer le terrain ponctuellement, seulement là où l’on va planter.

La terre une fois bêchée grossièrement ne peut être ensemencée ni même plantée directement. Il faut l’affiner. Divers outils permettent cette opération : cela va de la motobineuse au râteau, et les résultats varient grandement selon la nature du sol et son état qui est déterminé par la quantité d’eau tombée les dernières semaines.

Retenez qu’il vaut mieux affiner le sol juste après le bêchage, les mottent étant plus fragiles à ce moment.

Semer les radis et semer sous serre

Lire la suite de l'article ...

Lire la suite

Entretenir sa piscine en 10 points !

27 Mai 2014

Lire la suite

Misterbricolo se met à la brique de verre ...

26 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Bricolage

On avait adopté la brique de verre pour la salle de bain, maintenant, on ne s’en contente plus. Désormais, les briques translucides s’émancipent dans toute la maison : l’espace s’agrandit, s’illumine et respire. Séparer sans cloisonner, user de la transparence des pavés de verre pour illuminer les petites pièces, ou choisir des briques colorées pour dynamiser l’espace, toutes les raisons sont bonnes pour adopter le pavé de verre.

Un mur qui délimite l’espace sans le cloisonner

Grâce à leur transparence, les murs en pavé de verre délimitent l’espace sans pour autant le cloisonner. Monter une cloison en briques de verre est une bonne solution lorsque l’on veut intégrer davantage les petites pièces comme la cuisine, la salle de bains ou le couloir au reste de la maison.

En bout de chambre, un mur transparent suffit pour dissimuler la salle de bain, qui elle-même peut user des pavés de verre pour cacher des toilettes. Les briques translucides sont également idéales pour séparer la cuisine du salon tout en préservant fluidité et ouverture entre les deux espaces.

Transparent pour éclairer les petites pièces

Choisir une cloison en briques de verre transparente, c’est permettre à la lumière de passer d’une pièce à l’autre. Un choix intelligent pour éclairer les pièces sombres.

Imaginons une salle de bain dépourvue de fenêtre et donc de lumière. Avec une cloison translucide, elle bénéficie de l’éclairage des pièces voisines. Dans un couloir ou une entrée, intégrer des briques de verre dans un mur est également un bon moyen pour agrandir visuellement l’espace et l’illuminer.

Le « plus » déco : afin de maximiser davantage le gain de lumière, on associe transparence et blancheur en privilégiant des nuances de blancs sur les murs et dans la déco.

Les briques de verre colorées dynamisent l’espace

Lire la suite de l'article ...

Lire la suite

Misterbricolo isole ses combles...

23 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #isolation, #Revêtements

Même si certains d'entre vous l'auront tout de suite compris, il ne s'agit pas des combles de Misterbricolo mais des combles de sa maison... C'est en effet décidé;  ce printemps, Misterbricolo s'attaque à l'aménagement de son grenier.

Quelques questions à se poser avant de commencer les travaux...

- Puis-je faire ces travaux d'aménagement ?
La hauteur de plafond est-elle suffisante ? La pente est-elle suffisante ? A noter que l'idéal est une pente de 45°. Si elle est inférieure à 35%, il vous faudra peut-être penser à surélever votre maison...  
- La municipalité doit elle en être informée ?
Vérifiez auprès de votre mairie si votre PLU (Plan Local d'Urbanisme) vous autorise à augmenter la surface habitable de votre maison. Dans l'affirmative, il vous sera demandé une déclaration de travaux ou un permis de construire.
- Et vos voisins ?
Pour éviter "la guerre", allez les voir en ayant pris soin d'avoir vérifié que vous êtes dans votre bon droit. Ils ont 2 mois après l'affichage du permis ou de la déclaration pour contester vos travaux. Mieux vaut prévenir ...
- Votre budget est-il suffisant ? Comptez de 500 à 700 euros le m2 pour l'aménagement de vos combles et n'oubliez pas l'isolation. Si vous êtes obligé de rehausser, compter de 50 à 70% de plus...

Ne pas négliger l'isolation
Une fois que vous avez répondu à l'ensemble de ces questions, il sera temps de vous poser un moment pour réfléchir à l'isolation. Ce point est souvent négligé. Il représente pourtant une part du budget à ne pas négliger mais aussi et surtout, des sources potentielles d'économies et de sécurité.

UniverCell®, un isolant polyvalent utilisable pour tous les modes d'application

Certain d'entre vous connaissent et utilisent déjà cet Isolant thermique et acoustique très performant, conçu et fabriqué par Soprema, société française, spécialiste et leader mondial de l'étanchéité depuis plus de 100 ans. Cet isolant se présente sous la forme de fibres de cellulose en vrac, obtenues à partir de papiers recyclées, broyées puis traitées pour résister au feu et aux attaques de type moisissures. Simple et rapide d'application, il convient à la fois au neuf comme à la rénovation, pour le particulier comme le professionnel.
Voir tous les avantages d'UniverCell® en cliquant ici

L'étanchéité des éclairages

Pour ceux qui ont déjà isolé des combles, les éclairages sont souvent des endroits plus difficiles que d'autres à isoler et étanchéifier.

Le produit Protec’Spot® a été conçu pour remédier à cette problématique. Ses avantages sont nombreux et permettent notamment :

- Une protection incendie maximale,
- pas de surchauffe des éclairages,
- une performance thermique augmentée,
- une étanchéité à l'air du plafond.

Bien entendu Protec’Spot® répond à l'ensemble des nouvelles normes dont la "RT 2012" qui priorise l'étanchéité des parois et reste aussi simple que UniverCell® dans son application. S'en suivra bien entendu un gain énergétique qui génèrera rapidement de substantielles économies...

Article sponsorisé

Lire la suite

Entretenir sa terrasse en bois en vidéo...

22 Mai 2014

Lire la suite

Misterbricolo achète son premier compresseur ...

22 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Outillage

Misterbricolo achète son premier compresseur ...

Percer, buriner, peindre, gonfler... Pour vous faciliter tous ces travaux, l'utilisation d'un compresseur à air peut s'avérer très pratique. Mais voilà, le marché regorge de modèles en tout genre face auxquels il n'est pas facile de s'y retrouver. Voici quelques pistes pour bien choisir votre compresseur en fonction de vos besoins.

Comment fonctionne un compresseur à air ?
Un compresseur à air est généralement employé pour gonfler des pneumatiques. Il fonctionne grâce à un moteur électrique qui active la rotation d'un cylindre. Ce dernier permet la compression de l'air au sein d'une cuve de plus ou moins grande capacité. Lorsque l'air atteint une pression suffisante, le moteur cesse de fonctionner et le compresseur est prêt à alimenter votre outil. Pour être efficace, le compresseur à air doit être capable de délivrer un volume d'air adéquat. Ce volume mesuré en litre/min est corrélé à la dimension de la cuve ainsi qu'à la vitesse à laquelle le groupe de compression est capable de la remplir.

Les différents modèles de compresseur à air
Les constructeurs ont développé trois principaux modèles de compresseurs exclusivement dédiés aux petits travaux :

> Le compresseur pneu peut remplir d’air tout type de pneu (voiture, vélo, caravane, piscine, ballon, bouée, etc.). La pression et le besoin d’air ne sont pas les mêmes en fonction de l’objet à gonfler. Le choix de votre matériel se portera donc sur le type de pneu dans lequel vous voulez stocker de l’air. Sachez qu’un pneu de vélo nécessite environ 6 bars, un pneu de voiture 2 bars, et un pneu de caravane à 3 bars.

> Le compresseur sablage est un appareil puissant qui nettoie une surface en pulvérisant du sable sous pression. Cet outil très pratique décape : de la rouille, du bois, une voiture, une façade, etc. Pour les particuliers, deux principaux compresseurs de sablage existent : le compresseur à piston et le compresseur à palettes. Le premier, vu son prix abordable, peut s’avérer un bon choix si vous souhaitez utiliser ce type d’appareil seulement de temps en temps. Le deuxième est plus efficace mais également plus coûteux et plus bruyant. Nous le recommandons pour une utilisation régulière.

> Le compresseur aérographe est idéal pour peindre rapidement divers supports même si on l’utilise surtout dans le milieu automobile. En forme de stylo, il est composé d’une bombe d’air comprimé et du produit que l’on veut asperger (pigments, encres ou toute autre peinture compatible). Un compresseur aérographe pulvérise à distance. On trouve sur le marché des aérographes simples, pour des peintures unies, et des aérographes doubles, pour réaliser des peintures à effets ainsi que des dégradés.

Les critères de choix
> Le moteur : il peut être à air peut être électrique ou thermique. Un compresseur électrique est limité en terme de puissance (le moteur est assez faible) et de mobilité (il nécessite d’être branché à une alimentation secteur). Un compresseur thermique est parfait pour la réalisation de travaux importants. De plus, ce type d’appareil n’a besoin d’aucun branchement, vous pourrez ainsi vous déplacer facilement.

Lire la suite de l'article ...

Lire la suite

Misterbricolo teste ses fusibles ...

21 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Sécurité, #électricité

Misterbricolo teste ses fusibles ...

Un fusible garantit la sécurité d'un réseau électrique. Les circuits d'un fusible fondent lorsqu'ils sont traversés par un courant ayant une intensité dépassant un certain seuil. Le courant électrique est ainsi arrêté avant d'endommager tout le réseau. Voici comment procéder pour tester le fonctionnement d'un fusible.
Matériel nécessaire :
- un multimètre ou un testeur de fusibles.

Pour certains fusibles, il est facile de savoir s'ils sont ou non défectueux. Il en existent qui possèdent un indicateur lumineux ayant la particularité de s'éteindre lorsque le circuit a sauté. D'autres sont composés d'un fil électrique, visible grâce à un boîtier transparent, qui fond quand le fusible ne fonctionne plus.

Si votre fusible n'est pas équipé d'une pastille lumineuse ou d'un fil électrique visible, il vous est tout de même possible de vérifier son état. Pour cela, vous avez le choix entre deux appareils : un testeur de fusibles ou un multimètre.

Avant toute chose, commencez par couper le courant à partir du disjoncteur général. Sortez ensuite le fusible du porte-cartouche.

Utiliser un testeur de fusibles
Le testeur de fusibles est un appareil très simple à utiliser.

Il suffit simplement d'insérer le fusible dans le testeur, s'il fonctionne le testeur s'allume et s'il ne fonctionne pas alors le testeur ne s'allumera pas.

Utiliser un multimètre
Le multimètre est l'un des outils incontournables de l'électricien. Il permet de mesurer plusieurs données en électricité comme les tensions, les intensités, la résistance des conducteurs, etc.

Tout d'abord, raccordez le cordon noir du multimètre sur la borne V du contrôleur et le fil rouge sur COM.

Rendez-vous ensuite dans les paramètres de votre multimètre. Sélectionnez le mode ohmmètre et positionnez votre sélecteur sur ohm x2000 ou x200. S'il fonctionne, l'écran de votre appareil doit afficher une valeur inférieure ou égale à 1.

Placez les pointes de contact du multimètre contre les deux extrémités du fusible.

Si l'écran affiche la valeur 0 ou si l'appareil émet un son, alors votre fusible fonctionne.

Si l'écran affiche la valeur 1 ou si l'appareil n'émet aucun son, alors il va vous falloir changer votre fusible.

Source : linternaute.com/bricolage

Lire la suite

Un bassin dans mon jardin

20 Mai 2014

Lire la suite

Misterbricolo s'initie à la mosaïque ...

19 Mai 2014 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Bricolage

Misterbricolo s'initie à la mosaïque ...

Du matériel indispensable aux bons gestes, nos conseils pour faire vos premiers pas dans la mosaïque, point par point.

Du matériel indispensable aux bons gestes, nos conseils pour faire vos premiers pas dans la mosaïque, point par point.


Le principe :

La mosaïque consiste à coller des morceaux de carrelage, marbre, pâte de verre, appelés "tesselles", de manière à créer des décors harmonieux. Ses supports de prédilection multiples -carton, murs, bois et autres- en font un loisir créatifs aux possibilités infinies.

Le matériel indispensable :

- de la colle
- du joint, afin de combler les interstices
- une pince coupante
- une pince japonaise ou à tailler
- une pince zag zag ou à molettes
- une marteline
- des gants
- des sacs plastiques
- une petite truelle
- une éponge
- une spatule

Bon à savoir :

> Suivant votre support et de la nature de vos tesselles, choisissez la bonne colle. Les morceaux de verre ou de miroirs se fixeront sans soucis avec de la colle silicone. La colle-ciment conviendra plutôt aux carrelages de toutes sortes (grès, terre cuite...)

> Outil complémentaire, la marteline, sorte de marteau à bouts pointus s'utilise avec un tranchet. Leur usage n’est pas simple et demande un peu d'expérience. Pour les débutants, pas la peine d’en prévoir l’achat.

Les multiples matériaux de la mosaïque :

Les Emaux de Briare, les smalts vénitiens, le marbre, la pâte de verre, morceaux de faïence, des morceaux de miroirs, de vaisselles anciennes, des cailloux, des coquillages... Tout ou presque peut se décliner en tesselles. Faites place à l’imagination.

Bon à savoir : Pour le choix des couleurs, la règle principale est d’obtenir un joli contraste avec un ton foncé parmi des tons clairs, ou inversement et mélanger ainsi des couleurs chaudes à des couleurs froides.

Maîtriser l’art des joints :

Le joint permet de combler les interstices entre les tesselles et éviter l'incrustation de poussières. Un joint, dont la couleur est proche de celle des tesselles, met en valeur le motif.

A noter que le joint éclaircit en séchant et que toutes les mosaïques n'ont pas besoin d'être jointées comme les mosaïques en smalts ou quelques mosaïques décoratives.

Les méthodes de pose :

Lire la suite de l'article ...

Lire la suite

L’EDEN accessible par le spa !

15 Mai 2014

Lire la suite