Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, astuces et bons plans pour la maison !

Articles récents

Papier peint : pour bien calculer le nombre de rouleaux

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

Pour connaître le nombre de rouleaux nécessaires pour tapisser une pièce, il faut d'abord calculer le périmètre de la pièce en additionnant les 2 longueurs et les 2 largeurs, puis multiplier par 2.
Cela vous donne le nombre de lés qui est ensuite à diviser par 4 (pour un papier sans raccord) ou par 3 (pour un papier avec raccord) afin d'obtenir le nombre de rouleaux. Ce calcul est valable pour des pièces dont la hauteur sous plafond est égale ou inférieure à 2,50 m.

Attention, il est inutile de déduire portes et fenêtres du calcul du périmètre.

Source : Bricolage.fr
Lire la suite

Papier peint : pour bien calculer le nombre de rouleaux

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

Pour connaître le nombre de rouleaux nécessaires pour tapisser une pièce, il faut d'abord calculer le périmètre de la pièce en additionnant les 2 longueurs et les 2 largeurs, puis multiplier par 2.
Cela vous donne le nombre de lés qui est ensuite à diviser par 4 (pour un papier sans raccord) ou par 3 (pour un papier avec raccord) afin d'obtenir le nombre de rouleaux. Ce calcul est valable pour des pièces dont la hauteur sous plafond est égale ou inférieure à 2,50 m.

Attention, il est inutile de déduire portes et fenêtres du calcul du périmètre.

Source : Bricolage.fr
Lire la suite

Quel enduit choisir ?

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Cuisines & Bains

Les enduits de rebouchage en poudre permettent de reboucher saignées et fissures en une seule fois (enduit de rebouchage de Toupret, Quelyd, Semin...). Certains d'entre eux autorisent une mise en peinture quelques heures après lissage de l'enduit (enduit Chrono de Toupret).

Les enduits de lissage permettent d'égaliser et de lisser plaques de plâtre et vieux fonds (Chrono de Toupret, enduit de lissage de Quelyd et de Semin...).
En pâte, prêts à l'emploi, les enduits de rebouchage et ceux de lissage sont pratiques pour les petits défauts (enduit de lissage et reboucheur express de Quelyd, également chez Toupret et Polyfilla...).

Les enduits de rebouchage souples en pâte sont parfaits pour les fissures qui travaillent (enduit de rebouchage souple de Toupret...).
Les enduits gras à laquer enduisent les surfaces avant de passer une peinture brillante (enduits gras de Toupret et Semin...).
Les enduits "surfaces difficiles" conviennent plus particulièrement aux pièces humides, comme les salles de bains (enduit tous supports de Toupret).

Apprêter les fonds
En présence d'un fond poreux (plâtre, plaque de plâtre), il est nécessaire d'appliquer un fixateur avant de le peindre (fixateur pénétrant de Toupret) et de le préencoller avant de poser un papier peint.
Si le mur est très lisse (laque, stratifié), il faut passer un primaire d'accrochage pour le rendre plus adhérent.

Produits de préparation des fonds notamment chez Quelyd et Semin.
Source : Bricolage.fr

Lire la suite

Comment isoler le plafond de mes nouvelles pièces ?

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

Pour des combles, la résistance thermique R de l'isolant doit être comprise entre 4 et 5.

> Si vous isolez par l'intérieur, il faut poser l'isolant entre ou devant les chevrons, sans oublier les pieds droits du comble. Terminer ensuite avec des plaques de plâtre. (Uniroll et Optima de Isover, Roulrock de Rockwool, plaques de parement de Fermacell).

> Si vous envisagez parallèlement une réfection de la toiture, pensez plutôt à isoler par l'extérieur, en positionnant l'isolant de l'autre côté des chevrons, pour gagner du volume à l'intérieur.

 

Comment faire pour séparer une grande chambre en deux ?
Réaliser une maçonnerie isolante ou doubler votre cloison avec un isolant empêchera les bruits de passer d'une pièce à l'autre. Les performances acoustiques seront optimales si les deux parois sont montées sur des ossatures métalliques indépendantes prenant l'isolant en sandwich et habillées de plaques de plâtre. (Plasterpan de Isobox, plaques "hauteur d'étage" de Fermacell, Placopan de Placoplatre).

 Préparer les murs
De la bonne préparation des murs dépend la qualité de pose du revêtement décoratif, son rendu final et sa bonne tenue dans le temps. Sachez utiliser les bons produits et les outils adaptés pour vous faciliter la tâche.

Que faire ?
> Avec un ancien papier peint

La ou les couches d'anciens papiers peints doivent toujours être retirées. Soit à l'aide d'un dissolvant de colle qui, mélangé avec de l'eau, facilite l'arrachage du papier (Dissoucol de Quelyd). Soit en utilisant une décolleuse à papier (possibilité d'en louer une dans les grandes surfaces de bricolage) ou l'accessoire décolleuse d'un nettoyeur vapeur.

Un conseil : griffer la couche imperméable du papier peint avec un couteau de peintre pour favoriser la pénétration de l'eau.

> Avec un mur peint
Si la peinture ne s'écaille pas, il faut la lessiver (150 g de lessive Saint Marc ou d'Oxydrine pour un litre d'eau tiède) et rincer. Puis, la frotter légèrement avec un papier de verre pour que la nouvelle couche adhère mieux, et rincer à nouveau. Si la peinture a tendance à se décoller, il faut la retirer complètement avec un produit décapant (Super Décapant Universel de V 33, Super Décapant de Syntilor...), sans oublier de porter des gants et des lunettes de protection, ou en utilisant un décapeur thermique.

> Avec des plaques de plâtre
Une fois posées, seules ou doublées d'un isolant, les plaques de plâtre doivent être jointoyées avec des bandes pour joints et un enduit spécial pour prévenir l'apparition de fissures. Il faut garnir le joint d'enduit, placer la bande en papier à cheval, la presser dans l'enduit et recouvrir par deux couches du même enduit. Puis, poncer légèrement.

À noter que Toupret propose un "calicot adhésif ponté" se collant directement sur le joint non rebouché. C'est pratique et les boursouflures sont évitées.
Source : Bricolage.fr

Lire la suite

J'aménage mon grenier en pièces d'habitation. Comment réaliser un sol bien isolé ?

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

Sachez dès le départ que, pour les sols, la résistance thermique R de l'isolant doit être comprise entre 1 et 1,5 minimum.
La technique la plus performante est celle de la chape flottante qui, n'ayant pas de contact avec la structure du bâtiment, évite la transmission des bruits par les parois et assure une excellente isolation acoustique.
On reproche souvent à la chape flottante d'être lourde et inadaptée à la réalisation de planchers en étage. Les bétons allégés (BS Technologies) permettent de diminuer le poids de 20 %.
Si vous voulez isoler le plancher d'une vieille maison sur vide sanitaire pensez à faire réaliser une isolation thermique en sous-face du plancher.
Si, pour des questions de poids, vous ne pouvez réaliser une chape flottante en béton, sachez qu'il existe des plaques de plâtre "spécial sol" (voir précédemment).
Source : Bricolage.fr
Lire la suite

Comment retapisser ma chambre tout en l'isolant ?

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

Si vous voulez isoler par l'intérieur, la résistance thermique R de l'isolant doit être comprise entre 1,5 et 2 minimum.
Si vos murs ne sont pas droits, une isolation permettant de rattraper les inégalités de surface est nécessaire. Il faut alors dissocier l'isolation du parement, ce qui, par ailleurs, facilite le passage des gaines électriques.

Deux solutions :
> la contre-cloison réalisée avec des panneaux isolants semi-rigides ou rigides collés au mur si celui-ci est sain (Monospace de Isover, Knauf Therm Mur et Knauf Foam de Knauf, TMS Green de Efisol) ;

> dans le cas contraire, la contre-cloison à ossature métallique se composant de cornières et de profilés ou la contre-cloison avec tasseaux en bois fixés au mur. L'isolant est alors placé entre les cornières ou les tasseaux. (Pregymetal de Lafarge Plâtres, Placostil de Placoplatre, plaques de Fermacell).

La cloison de doublage réalisée en carreaux de plâtre, briques plâtrières, plaques de plâtre est ensuite montée contre l'isolant.

Si vos murs sont bien droits,utilisez des complexes de doublage se composant d'un panneau rigide en laine minérale ou en plastique alvéolaire revêtu d'une plaque de plâtre. Thermiques ou thermo-acoustiques, ils se collent avec un mortier adhésif ou se vissent sur des tasseaux. (Placomur et Placolaine de Placoplatre, Sis Rêve de Efisol, Doublage de Fermacell, Pregystyrène de Lafarge Plâtres, Polyplac de Knauf).

Si vos murs sont humides, il faut alors en rechercher la cause (condensation, remontée capillaire, fuite en toiture) et prévoir de poser l'isolation en conséquence. Par exemple, en prévoyant une lame d'air entre le mur et l'isolant. Si vous ne voulez pas perdre de place à l'intérieur de la pièce avec un isolant épais, sachez qu'il existe des isolants minces qui améliorent le confort thermique.

Source : Bricolage.fr

Lire la suite

Au Jardin : Entretenir sa pelouse en été

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Jardin

En été, entre chaleur et restrictions d'eau, la pelouse est souvent mise à mal. Aussi voici quelques conseils pour lui faire passer en douceur ce cap difficile.

La tonte
Avant tout, et durant tous les mois d'été, la pelouse devra être tondue plus haute que d'habitude : une hauteur de 7 cm permettra de protéger ses pieds des rayons du soleil tout en lui conservant un maximum d'humidité. Une astuce qui permet également de la protéger. En effet, une pelouse trop tondue devient plus vulnérable (maladies, insectes...) et demande donc plus d'entretien !

L'arrosage
Si votre département n'est pas sujet aux restrictions d'eau, c'est environ une fois par semaine que vous devrez arroser en pluie fine. L'eau pénètre alors doucement et plus en profondeur. Une opération à effectuer le soir de préférence ou tôt le matin pour éviter que l'eau ne s'évapore trop vite. Idéalement, un arrosage durera de 2 à 4 h.
Pendant les périodes de sécheresse, il peut arriver que votre pelouse se flétrisse ou même brunisse : ne paniquez pas ! Elle redeviendra verte à l'automne dès que les conditions climatiques se feront plus humides. Une fois ce processus dit « de dormance » entamé, mieux vaut attendre la fin des grosses chaleurs pour recommencer à arroser.
Dans tous les cas, évitez les arrosages courts (15 ou 30 mn). Ils fragilisent la pelouse en générant des racines superficielles.
Source : Decoralia
Lire la suite

Poser du carrelage au mur

27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Cuisines & Bains

Vous avez choisi votre carrelage ? Il ne vous reste donc plus qu’à le poser. Préparez soigneusement votre mur et… suivez le guide.

>> Préparer le mur

Le mur doit être propre, sec et droit. Bouchez préalablement les trous et aplanissez la surface si nécessaire. De plus, assurez-vous que votre mur a les qualités requises peut être habillé de carrelage : solide, non poreux, etc.

Tracer les points de départ de la pose est une étape essentielle car elle assure la régularité de la pose. L'utilisation d'un tasseau est recommandée.
Sur un mur sans obstacles
Posez un tasseau vertical et un horizontal, en laissant une distance de la taille d’un carreau entier et de son joint, avec le mur.
Vérifiez, avec un niveau à bulles, qu'ils sont bien droits et équerres l'un par rapport à l'autre.
Sur un mur comportant une porte ou une fenêtre
Assurez-vous que les dalles seront harmonieusement disposées.
Commencez donc par poser une rangée de carreaux entiers de part et d'autre de l'obstacle, ainsi qu'au-dessus et en-dessous.






Autour d'un obstacle type lavabo
Tracez un axe passant par le centre de l'obstacle et disposez les carreaux de part et d'autre de cette ligne.
Dans les angles
Il est préférable d’installer des carreaux entiers dans les angles sortants.
Le piège à éviter
Attention, les premiers carreaux servent de base à la pose de l'ensemble du carrelage. Soyez donc très attentifs !
Conseil plus
Vérifiez que les codes nuances et les calibres mentionnés sur les cartons sont tous identiques. Lors de la pose, mélangez les carreaux issus de différents cartons afin de limiter les différences de nuances.

>> Poser

  • Préparez la colle : ciment-colle en poudre à gâcher ou colle spéciale pour carrelage mural.
  • Etalez la colle sur une petite surface (environ 1 m2), avec une spatule crantée.
  • Posez le premier carreau au croisement des tasseaux ou autour des obstacles.
  • Enfoncez-le dans la colle en assurant une pression avec la main.
  • Posez des croisillons d'écartement, à chaque angle du carreau, pour obtenir des joints réguliers.

    Conseil plus
    Vous pourrez utiliser, au choix, des croisillons récupérables, à enlever au fur et à mesure du séchage ou des croisillons non récupérables, recouverts par les joints.
  • Posez les carreaux, les uns après les autres, en formant un carré de plus en plus grand.
  • Nettoyez régulièrement les carreaux des taches de colle, avec une éponge humide, et séchez.
  • >> Jointoyer les carreaux

    Conseil plus
    Dans les salles d'eau, préférez un joint résistant à l'humidité.
    Le piège à éviter
    Attendez plusieurs heures, après la pose, avant de jointoyer et d’ôter les croisillons d'écartement. Respectez les indications des fabricants.
    La largeur des joints dépend de la taille des carreaux, renseignez-vous auprès de votre vendeur-conseil.
  • Préparez la pâte à joint, en respectant les indications du fournisseur. La consistance est importante pour bien réussir la manipulation.
  • Avec une spatule en plastique, insérez la pâte entre les carreaux.
  • Répartissez-la sur toute la surface.
  • Lissez le joint avec un bout arrondi.
  • Nettoyez, après un temps de pause, la surface du carrelage avec une éponge humide, enlevez tous les résidus et séchez.
    Source : Bricomarché
  • Lire la suite

    Poser du parquet flottant

    27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Revêtements

    Le parquet flottant peut se poser sur différents sols (plancher ancien, dalle de béton, carrelage…).
    C'est un assemblage de lames collées entre elles et qui ne se fixent pas au sol. Cette méthode de pose offre l'avantage de ne pas transmettre les bruits.




     Avant de commencer :
    - Stocker les paquets dans un endroit sec et isolés du sol. Ils doivent être empilés à plat pour ne pas se déformer.
    - Vérifier que le sol ne soit pas humide à l'aide d'un test chimique d'humidité ou un testeur sonore.
    - Préparer des cales (contreplaqué) de 8 à 10 mm.
    - S'assurer que le sol est plan, sinon prévoir un ragréage.



     La pose :

    A) La sous-couche d'isolation :
    - Pour éviter que de l'humidité ne pénètre dans le parquet, étaler sur le sol un film de polyane en le faisant remonter de quelques centimètres sur les murs.
    - Étaler une sous-couche résiliente qui absorbe les petites irrégularités du sol et limite la transmission des bruits.

    B) La pose du parquet flottant :
    - Choisir le mur le plus droit pour commencer à poser la première lame (côté rainure). Insérer tous les 30 cm environ une cale de 8 à 10 mm d'épaisseur entre le mur et la lame.
    - Déposer un mince filet de colle sur les deux joues de la rainure.
    - Emboîter les lames avec une cale de bois et un marteau. Utiliser un morceau de lame comme cale de serrage.
    - Après tassage, nettoyer les bavures de colle avec une éponge ou un chiffon humide.
    - Poser les lames à la suite les unes dans les autres.
    - Pour terminer la rangée, découper un lame de longueur suffisante, sans oublier l'épaisseur de la cale le long du mur. La chute servira à commencer la rangée suivante.
    - Pour terminer la pose et combler les espaces, il faut découper les lames dans le sens de la longueur. Retirer de la mesure l'épaisseur de la cale le long du mur.
    - Emboîter la dernière lame avec un pied de biche en prenant appui sur le mur.



     La finition :
    - Avec une scie égoïne à main : utiliser une scie bien affûtée, la surface de la lame de parquet au-dessus. La découpe se faisant en descendant, s'il y a des éclats, ceux-ci seront sur l'envers de la lame.
    - Au contraire, avec une scie sauteuse, la lame coupe en montant, il faut donc que la lame de parquet soit posée à l'envers sur l'établi
    Source : Castorama
    Lire la suite

    Planter et tailler un rosier

    27 Juillet 2006 , Rédigé par Misterbrico Publié dans #Jardin

    Il existe deux variétés de floraison :
    - Les rosiers non remontants qui ne fleurissent qu'une fois en juin. Leur floraison est abondante et spectaculaire.
    - Les rosiers remontants qui fleurissent sans interruption de mai jusqu'aux gelées. La quantité et la durée de leur floraison changent d'une variété à l'autre.

    Les différents types de rosiers :
    - Le rosier buisson à grandes fleurs :
    Il permet de réaliser des plates bandes et massifs. C'est aussi le meilleur pourvoyeur de fleurs coupées. Sa hauteur de pousse varie entre 70 cm à 1,20 m.

    - Le rosier à fleurs groupées " polyantha " (grappe de petites fleurs) et " Floribundas " (grappe de grosses fleurs. Il forme des bouquets, et permet de réaliser des fonds de massif et des haies fleuries. Sa hauteur de pousse est de 50 à 80 cm.

    - Le rosier miniature : Idéal pour réaliser des bordures, des rocailles et des jardinières. Il s'accroît sans arrêt. Sa hauteur de pousse varie entre 30 et 50 cm.

    - Le rosier grimpant : Il développe de longues tiges et permet donc de réaliser des haies et allées, de décorer un mur, une pergola ou une clôture. Sa hauteur de pousse varie entre 2 m à 4 m, voire davantage.

    - Le rosier tige : Il peut être planté en isolé, en massif ou sur pelouse. Il permet d'obtenir de grosses ou de petites fleurs. Sa hauteur de pousse varie entre 1,20 m et 1,50 m.

    - Le rosier pleureur : Il peut être planté en isolé, en massif ou sur pelouse. Il permet d'obtenir de petites fleurs. Sa hauteur de pousse varie entre 1,50 m et 2 m.

    - Les rosiers arbustifs et paysagers : Ils permettent de réaliser des haies. Il sont peu sensibles aux maladies et aux parasites. Leur hauteur de pousse varie entre 60 cm et 1,80 m.

    - Le rosier couvre-sol : Il possède de longs rameaux décoratifs. Sa végétation est petite à moyenne. Sa hauteur de coupe varie de 20 à 80 cm.


     La plantation :

    Tous les rosiers se plantent de la même façon.

    - Creuser un trou suffisamment large et profond ; les racines doivent s'y loger aisément.
    - Ameublir la terre sur 30cm de profondeur. Faire un apport de compost, fumier ou engrais si le sol est trop calcaire, trop lourd ou argileux. Ne jamais mettre les racines en contact avec le fumier ou l'engrais.
    - Pour une meilleure reprise des rosiers, faire un pralinage : plonger les racines dans une boue argileuse enrichie d'hormones prête à l'emploi : le pralin.
    - Placer le point de greffe au niveau du terrain après avoir raccourci les racines abîmées ou mal tranchées (habillage). Bien étaler les racines au fond du trou.
    - Faire couler de la terre fine entre les racines; achever de combler le trou.
    - Tasser le sol au pied du rosier et arroser copieusement dans la cuvette ainsi formée pour que la terre adhère bien aux racines . Les rosiers nains et Polyanthas ne doivent pas dépasser 10cm et les grimpants 30 à 40cm. Tailler si les tiges des rosiers sont plus longues.
    - Une semaine après la plantation, buter les rosiers pour protéger le point de greffe avec de la tourbe ou de la terre sableuse.
    - Retirer cette protection au printemps.

    Le tuteurage des rosiers tiges :
    - Enfoncer le tuteur dans le sol avant de planter le rosier, afin d'éviter d'abîmer la greffe des racines.
    - Placer le rosier contre un tuteur de 2 cm de diamètre environ, planté du côté opposé aux vents dominants. Le haut du tuteur doit se situer juste au-dessous de la tête du rosier.

    Le palissage des rosiers grimpants
    - Eloigner le rosier de 25 à 30 cm de la base du support (treillage, tonnelle, fils de fer tendus à l'horizontale sur un mur, etc…).
    - Diriger les racines dans la direction opposée à celle du support. Les branches devront être fixées au fur et à mesure de leur croissance.



     La taille des rosiers :

    A/ Quand tailler ?

    La première taille :
    - Elle est à effectuer pour tous les rosiers en fin d'hiver, lorsque les grosses gelées ne sont plus à craindre.

    TRUCS ET ASTUCES :
    Si des pousses naissent sur la tige ou au pied, il faut les supprimer, car il ne s'agit pas de la variété greffée, mais d'une pousse du porte greffe.

    Les années suivantes :
    - Tailler en fin d'hiver pour les variétés remontantes.
    - Tailler après la floraison pour les variétés grimpantes non remontantes.

    TRUCS ET ASTUCES :
    Si les rosiers arbustes se dégarnissent à la base, pratiquer une taille plus sévère tous les 3 ou 4 ans.

    Les quatre actes permanents de la taille d'un rosier :
    - Supprimer les bois morts et les gourmands.
    - Supprimer les petites brindilles sans vigueur.
    - Supprimer les rameaux qui frottent contre d'autres mieux placés.
    - Supprimer le bois mal lignifié.

    B/ Comment tailler ?

    Quelque soit le type de rosier :
    - Effectuer des coupes au dessus d'un œil, de préférence orienté vers l'extérieur.
    - En taillant trop près de l'œil, vous risquez de l'endommager et en coupant trop haut, vous risquez de laisser un " chicot " qui se desséchera.

    La taille des rosiers buissons à grandes fleurs et des rosiers à fleurs groupées :
    - La taille s'effectue en mars.
    - La première année, tailler entre 10 et 15 cm du sol pour provoquer le départ des pousses.
    - Les années suivantes, tailler entre 15 et 25 cm du sol.
    - Supprimer tout le bois mort.
    - Conserver 3 à 5 branches vigoureuses en les rabattant à 3 ou 5 yeux.
    - Aérer la plante en supprimant les branches qui vont vers l'intérieur.
    - Couper les branches en biseau à 1 cm environ au dessus de l'œil en orientant la coupe de manière à ce que l'eau de pluie ne s'écoule pas sur le bourgeon.

    La taille des rosiers tiges :
    - La taille s'effectue début mars.
    - Tailler de façon à dégager le centre de l'arbuste et à obtenir des têtes bien fournies.
    - La taille est identique à celle des rosiers buissons.

    La taille des rosiers grimpants :
    - A la plantation, supprimer les rameaux cassés.
    - Toujours tailler en mars.
    - La première année, ne conserver que 2 ou 3 belles branches de 40 à 50 cm.
    - Palisser les branches sans trop serrer en utilisant du raphia ou des liens plastique.
    - En cours de végétation, palisser les nouvelles branches latérales.
    - La 2ème année, réduire d'un tiers les branches principales et palisser.
    - Tailler les rameaux latéraux qui ont fleuri, à 2 ou 3 yeux pour les faibles et 4 ou 5 yeux pour les plus vigoureux.
    - Les années suivantes, opérer de la même façon, en continuant de palisser les branches les plus vigoureuses, à l'horizontale, ce qui les oblige à se ramifier et évite un dégarnissage à la base.

    La taille des rosiers grimpants non remontants :
    - La première année, même procédé que pour les rosiers grimpants remontants.
    - La deuxième année, ne pas tailler au printemps, se contenter de supprimer tout le bois mort.
    - A la fin de l'été, après le floraison, tailler les pousses latérales ayant fleuri, à 2 ou 3 feuilles.
    - Palisser les nouveaux rameaux.

    La taille des rosiers arbustes :
    - La première année, en mars, tailler les branches d'un tiers.
    - En été, supprimer les fleurs fanées.
    - A l'automne, supprimer le reste de fleurs fanées et de la fructification.
    - Les 2ème et 3ème années : en mars, supprimer le bois mort et les pousses grêles du centre.
    - Tailler les branches principales des 2/3 et les autres d'1/3 au dessus d'un œil extérieur pour favoriser la floraison.
    - 4ème année et suivantes : continuer les opérations de l'année précédente.
    - En mars, couper au ras du sol une ou deux branches maîtresses sur lesquelles la floraison est moins abondante.
    - Tailler d'1/3 les pousses nées de l'année précédente.
    - Surveiller l'apparition de gourmands issus du porte greffe.

    La taille des rosiers miniatures :
    - Ne pas tailler l'année qui suit la plantation.
    - Les années suivantes, se contenter d'un nettoyage régulier de printemps :
    Supprimer tout le bois mort.
    Rabattre les branches à mi-hauteur.
    Aérer le centre du rosier.

    La taille des rosiers pleureurs remontants :

    - La taille s'effectue début mars.
    - Tailler les vieilles branches retombantes au profit des plus jeunes se formant au sommet du tronc.
    - Rabattre les branches principales de 30 cm à 40 cm, mais de manière inégale afin de former différents échelons.
    - Tailler les rameaux secondaires à 3 ou 5 yeux.

    La taille des rosiers pleureurs non remontants :
    - La taille s'effectue après la floraison, à la fin de l'été.
    - Laisser se former un maximum de branches principales partant du tronc.
    - Tailler plus tard les plus vieilles d'entre elles (1 à 2 par an).
    - Tailler les rameaux secondaires ayant porté des fleurs.

    TRUCS ET ASTUCES :
    Pour avoir de beaux rosiers bien touffus, il faut acheter uniquement des rosiers premier choix, c'est-à-dire avec trois branches et plus.
    Pour avoir de très grosses fleurs à couper pour vos bouquets :
    - tailler très court à deux ou trois yeux maximum.
    - Eboutonner mi-mai avant la floraison en supprimant les boutons situés sous le bouton principal.
    Vous obtiendrez des roses solitaires, similaires aux roses des fleuristes.



     L'entretien des rosiers :

    A/ L'arrosage :

    - Les rosiers ont besoin de beaucoup d'eau.
    - Arroser de suite après la plantation et régulièrement la première année.
    - Ensuite au printemps au moment des poussées de sève.
    - Arroser régulièrement en fin de journée au pied des rosiers en période de floraison et en période chaude.
    - Eviter de mouiller le feuillage car cela favorise le développement des maladies.
    - Arroser les rosiers plantés en pots ou jardinières régulièrement, ils demandent des arrosages fréquents.

    TRUCS ET ASTUCES :
    En période chaude, arroser le soir pour que la plante profite au maximum de son arrosage.
    En période fraîche, arroser la plante en début de journée pour éviter un excès d'humidité favorisant les maladies.
    Ne jamais arroser les feuilles, cela développe les maladies et enlève les produits de traitement de contact.

    B/ Le désherbage :

    - Maintenir le sol propre.
    - Désherber par binage.
    - Biner régulièrement le pied des rosiers pour casser la croûte de terre et l'aérer.
    - Utiliser aussi un désherbant spécifique.
    - Faire un bêchage en fin d'automne pour les massifs.

    C/ Le buttage :

    - Ramener la terre au pied des rosiers.
    - Recouvrir le bourrelet de greffe de 5 cm, c'est une protection contre le gel.
    - Effectuer cette opération en fin d'automne à l'aide d'une griffe 4 dents.

    D/ Le paillage :

    - Epandre au pied des rosiers après avoir désherbé, une mince couche de paille de fumier ou de tourbe blonde.
    - Cette opération nourrit le rosier, conserve l'humidité du sol et limite les mauvaises herbes.

    E/ La suppression des fleurs fanées :


    - Supprimer sur les rosiers remontants en particulier, les fleurs fanées pour favoriser la floraison.
    - Couper la tige sous la deuxième feuille ou au-dessus d'une jeune pousse.

    F/ Les engrais :

    - Mettre de l'engrais spécifique pour avoir une floraison abondante et éclatante.
    - Faire trois épandages :
    Une application au départ de la végétation.
    Une application à la formation des boutons.
    Une application avant la deuxième floraison.
    - Mettre une poignée de 50g au m² environ, d'engrais spécifique. Composition : N9, P5, K16, 2% d'oxyde de magnésium et 1% de fer.
    N = azote : stimule la croissance des tiges et des feuilles.
    P = acide phosphorique : assure la photosynthèse et le développement des racines.
    K = potasse : développe les fleurs et aide à la résistance aux maladies.
    Magnésium : joue un rôle important dans la coloration et l'aspect des fleurs.
    Fer : agit contre le vieillissement.
    - Après l'épandage d'engrais, griffer en surface à l'aide d'une griffe et arroser.
    - Pour les rosiers plantes en pots ou jardinières, appliquer une à deux fois par semaine un engrais rosiers liquide.
    - Appliquer l'engrais liquide à l'aide d'un arrosoir sur motte humide pour une meilleure pénétration jusqu'aux racines et pour éviter les brûlures.

    G/ La suppression des gourmands :

    - En se développant, les gourmands épuisent le rosier qui finit par dépérir.
    - Couper les gourmands des tiges à naissance avec un couteau bien aiguisé.
    - Pour les gourmands de racine, dégager la terre et couper au ras de la greffe et cicatriser.



     Les traitements contre les insectes et les maladies :

    INSECTES
    CARACTERISTIQUES
    TRAITEMENT :
    Les pucerons :
    Ce sont de petits insectes qui se nourrissent de la sève des rosiers.
    Ils se massent en général au sommet des tiges, juste sur et sous les boutons.
    Pulvériser sur le feuillage un insecticide systémique (matière active : imidaclopride ou pyrimicarbe).

    Les araignées rouges :
    Ce sont des acariens microscopiques qui se collent au dos des feuilles dont ils sucent la sève.
    Le feuillage devient d'un jaune grisâtre.
    Pulvériser surtout à l'envers des feuilles un insecticide spécifique (matière active : dicofol).

    MALADIES
    SYMPTOMES
    TRAITEMENT :

    L'oidium ou blanc :
    C'est une maladie très fréquente qui se manifeste sur les feuilles, les tiges et les boutons par un duvet blanchâtre qui empêche la floraison normale.
    Certaines variétés sont plus sensibles à l'oidium que d'autres. Pulvériser sur le feuillage un fongicide systémique contenant du triforine et du myclobutanil.
    Ces deux produits ne tachent ni les feuilles ni les fleurs.
    Pour lutter plus efficacement contre l'oidium et le marsonia, alterner les traitements.
    Leur matière active étant différente, on évite l'accoutumance.

    Les taches noires (Marsonia) :

    C'est une maladie qui se manifeste par des points noirs qui, en s'élargissant, vont former des taches qui s'entourent de jaune.
    La feuille jaunit et tombe.

    La rouille :

    C'est une maladie qui se manifeste par des pustules oranges à l'envers des feuilles.

    La chlorose :

    Il arrive que les rosiers jaunissent et perdent de leur vigueur.
    Ce phénomène est souvent dû à un excès de calcaire dans le sol.
    Pour soigner cette carence, appliquer à l'aide d'un arrosoir, un produit à base de chelate de fer.

    Source : Castorama

    Lire la suite