Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Misterbricolo : conseils bricolage, décoration, astuces et bons plans pour la maison !

Misterbricolo ne jure que par le cuir ...

25 Janvier 2013 , Rédigé par Misterbricolo Publié dans #Revêtements

cuir5.jpgLe cuir est un matériau utilisé depuis fort longtemps comme le prouve des découvertes notamment en Égypte lors de fouille archéologiques. Aujourd’hui les techniques de transformation de la peau ont largement évolué et proposent différentes qualités.
Mais dans tous les cas, cela nécessite toujours un long processus de transformation avant de pouvoir être utilisable : Tout l’art du tanneur va consister à transformer cette peau en matière noble capable de se conserver et de tenir aux agressions du temps. D’une peau animal esusceptible de se putréfier (qui peut pourrir), la chimie du cuir, va transformer cette matière première en un revêtement capable au contraire de tenir les années et d’offrir des qualités inimitables.
cuir2.jpgLes peaux proviennent de différents types d’animaux. Nous serons plus attentifs dans le domaine de l’ameublement, aux mammifères et notamment aux animaux de boucherie, source majoritaire d’approvisionnement des travailleurs du cuir. D’autres, sont issus d’animaux plus exotiques et et donc en moindre quantité, comme par exemple, les reptiles, poissons, batraciens ou encore les oiseaux. Pour information les bovins représente environ 70% de la surface des cuirs produits sur notre planète, et pour un usage majoritairement lié au l’industrie de meuble. La race bovine utilisée en force n’est pas un hasard, puisque cela reste la conséquence de la quantité disponible. La taille des peaux est aussi un argument de choix.

cuir1.jpgLa complexité peut dérouter
On attend beaucoup dans l’achat de son canapé cuir, sur le plan du toucher, de l’odeur, et même du bruit. Cette matière réveille les sens et sa demande vient confirmer qu’elle reste une préférence pour ses qualités intrinsèques. L’esthétique joue aussi un rôle primordial, et le choix de notre cuir pour notre futur salon, va se jouer sur des éléments très subjectifs. On lui pardonne beaucoup, notamment sa fragilité d’origine, pour la raison principale, que c’est un gage d’authenticité. Mais nous attendons aussi beaucoup, notamment sa longévité et l’aspect naturel. Toucher un cuir, c’est toucher une peau, alors le contact prend une place décisive dans notre choix. Tout le monde connait le cuir mais très peu d’entre nous, sont capables de cerner la complexité, la chimie et les différentes étapes nécessaires au traitement de la peau pour la transformer en cuir. Nous aimons le confort et l’image luxueuse qu’il dégage, mais n’apportons guère d’intérêt à la fabrication. Dans les magasins, ou sur les sites internet, un large choix de canapés sont disponibles à la vente, et faire un choix judicieux passe par la compréhension de cette matière.

cuir4.jpgLes étapes de la fabrication du cuir
Tout d’abord les animaux sont abattus puis la carcasse est séparée de la peau. Comme précisé précédemment cette peau est putrescible puisque composée à ce moment de 75% d’eau. L’opération de dépouillage peut se faire manuellement ou à l’aide de machine (l’arrachage). Dans le premier cas, cela demande une main d’œuvre expérimentée car cette phase reste très délicate. Le moindre incident ou accident sur la découpe peut engendrer des défauts et une perte de qualité des peaux. Cette première peau découpée est appelée peau fraîche, car si elle n’est pas traitée rapidement, la putréfaction va commencer rapidement à la détruire. Il faut donc dans un premier temps, la conserver et la protéger de ces attaques. La technique la plus employée reste le salage, qui comme son nom l’indique consiste à saler les peaux pour éviter que la pourriture fasse son apparition. Il existe d’autres méthodes, comme le séchage ou encore le froid. L’objectif restant de conserver la peau jusqu’au traitement. Une fois cette opération effectuée, les peaux peuvent être conservées plusieurs mois. Cette opération est très importante, car le travail du tannage ne s’effectue pas directement. Il peut se passer plusieurs mois, voir plus d’une année avant que le tanneur ne transforme cette peau en cuir. Cette peau dont on vient juste de stopper les attaques microbiennes, est appelée peau brute. Son poids peut varier de 40 à 50 kg pour les bovins traaditionnels et peut aller jusqu’à 80 kg pour des bêtes plus spécifiques comme pour un gros buffle. Les peaux sont alors triés, par critère selon leur expédition finale. En ameublement, le poids, la qualité sont par exemple des critères dans le triage. Pour comprendre le cuir fini, il est essentiel de connaître les trois parties caractéristiques de la peau, épiderme, derme et tissus.
La peau est constituée de deux côtés :
-Le « côté poils » étant la surface ou se trouvent les poils
-Le « côté chair » étant l’autre surface ou se trouve le restant de chair et de graisse
-L’épiderme est la partie supérieure de la peau.

Ce petit bandeau peut s’enfoncer jusqu’aux racines des poils. Cette partie ne représente aucun intérêt et sera supprimée en même temps que le poil. -Le derme est la partie du milieu, la plus grande. Le derme est l'objet de toutes les attentions, puisque ce sera cette partie qui sera transformée. Ce derme se compose en deux parties. Tout d’abord la partie fleur, avec une caractéristique que vous connaissez, le grain. La deuxième partie est le côté chair que nous nommons naturellement la chair. -Le tissu adipeux ou aussi nommé tissu sous cutané est la partie de transition entre la peau et la chair de l’animal. Cette partie sera également supprimée lors du travail de la tannerie.


Une première approche nécessaire

En conclusion, vous l’aurez compris, seul le grain ou le derme pour ceux qui ont suivi, sera conservé. Le reste étant supprimé lors du premier travail du tanneur. Nous pourrons ainsi reconnaître en voyant ce grain, le type d’animal que le cuir nous propose, chaque grain ayant des caractéristiques bien précis. Bien entendu toutes les peaux n’ont pas le même grain et chaque variété d’animaux, mais aussi, la région et les conditions d’élevage vont devenir des éléments spécifiques aux caractéristiques du grain. On ne précisera jamais assez que les conditions d’élevage sont des clés essentielles dans la qualité d’une peau, donc d’un cuir. Nous verrons plus tard les défauts et les qualités de la peau, avant de s’attaquer aux différentes étapes du traitement pour en faire enfin un cuir digne de ce nom.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Leovida 06/02/2013 23:31


Afin d'avoir un cuir parfait pour ses sièges, Rolls Royce s'assure que les vaches sont dans des enclos sans fils barbelés (car cela risquerait de marquer les peaux). Merci pour l'article!